UGOSS

Posté par pcfmaubeuge le 5 mai 2009

mutualiste.gif 

Jeudi 30 avril 2009, nous étions une cinquantaine de personnes à nous rendre à Paris à l’ACAM. Nous avons été accueillis par les RG, la police, et des gardes du corps étaient postés à l’entrée du bâtiment ainsi qu’à l’intérieur. A plusieurs reprises un car de CRS est passé pour vérifier si le calme régnait… Nous n’étions pas là pour casser mais pour montrer que nous ne voulions pas que 114 personnes se retrouvent sans emploi.

Quatre personnes, soit le Président, Bernard DENIS, le Directeur, Nicolas POMIES, et deux commissaires aux comptes ont été entendus par le collège de l’ACAM (soit une vingtaine de personnes). Ils ont été reçus pendant 1 heure et demie. Quand ils sont sortis, ils n’étaient pas très optimistes : c’était soit la surveillance spéciale, soit la mise sous administration provisoire. Les échanges ont été très virulents par moment. Nous n’avons pas encore reçu la notification officielle, elle devrait intervenir sous 1 à 2 semaines.

Il y a une autre procédure en cours

Ce matin devait se tenir une audience au TGI en vue d’une enquête pour un redressement judiciaire, Bernard DENIS qui a eu un malaise après l’entretien avec l’ACAM, a fourni un certificat médical et a téléphoné hier au substitut, Christophe DELATTE, pour faire reporter l’audience afin que l’UGOSS et ses salariés aient le droit à une défense minimale au moment où on veut nous priver d’emploi sans raison valable à l’heure actuelle puisque le droit d’alerte a bien été levé, que l’ACAM ne nous a pas mis sous administration provisoire.

La situation de l’UGOSS étant éclaircie. Une fois de plus la CGT de l’UGOSS ne comprend pas cette volonté de nuire à notre pharmacie et à ses œuvres. La CGT a la certitude que l’on essaie par tout moyen de faire fermer l’UGOSS. A qui cela profiterai ? Qui est derrière tout cela ? Qui dérangeons-nous ?

Les Organisations Syndicales ne se sont pas rendus ce matin au TGI, pour être entendues ! Organisations syndicales d’ailleurs qui officiellement n’avaient pas été convoquées. Nous soutenons la demande du Président Bernard DENIS.

La CGT de l’UGOSS ne baissera pas la garde !

Nous restons très vigilants, nous refusons que des emplois soient sacrifiés

parce que certains pensent que nous faisons tâche dans le paysage politique !

Huit licenciements viennent d’intervenir sur la demande de l’ACAM,

Nous disons cela suffit !

Déclaration CGT-UGOSS

Laisser un commentaire

 

Les Enragés d'Aurillac |
LES MESSAGERS DU RDR |
LIVRY SUR SEINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog des idées non-reçue...
| MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...