Lettre d’information de Jacky Hénin, Député Européen

Posté par pcfmaubeuge le 10 octobre 2013

Lettre d’information de Jacky Hénin, Député Européen

Intervention au Parlement européen le 8/10/2013

 » La force du transport aérien repose sur sa sécurité, qui est une affaire d’organisation et de réglementation très strictes. C’est grâce à cela que l’avion est le mode de transport le plus sûr au monde, grâce également au professionnalisme de milliers de femmes et d’hommes dont les tâches sont, chaque jour, plus pénibles. Reculer sur les limitations de temps de vol, comme le propose la Commission, c’est remettre en cause la sécurité des passagers et des personnels navigants.

Une étude britannique, menée auprès de 500 pilotes de ligne, a révélé que la moitié se seraient déjà endormis aux commandes et que, lorsqu’ils se sont réveillés, pour un tiers d’entre eux, l’autre pilote dormait également. Oui, il faut aller plus loin dans la réduction du temps de service de nuit pour tous, y compris les hôtesses et les stewards. Oui, il faut aller plus loin concernant le nombre d’heures de vol maximum sur douze mois. Oui, il faut limiter strictement  les combinaisons des temps de service et des temps d’attente à l’aéroport.

Puis, pour faire gagner quelque argent supplémentaire aux actionnaires, ce Parlement, dont la majorité commence à taper sur les pupitres quand il a voté plus de deux heures, va imposer à des salariés de travailler plus de onze heures ! »

Billet d’humeur 8/10/2013

Le 8 octobre 2013 au Parlement européen de nombreux syndicalistes étaient venus assister au débat concernant la règlementation des temps de travail des pilotes, hôtesses et stewards.

Ils ont réagit à certaines interventions des députés, parfois par des applaudissements nourris notamment suite aux interventions venant de la gauche de l’hémicycle. Le président de séance a critiqué le fait que les représentants des travailleurs, pourtant premiers concernés par cette législation, ose exprimer leur avis par de simples applaudissements. Alors que la Commission européenne négocie des accords secrets sur un coin de table avec certains représentants, il est honteux que le Parlement européen se permette de vouloir faire taire des syndicalistes qui font l’effort de venir à Strasbourg mettre les députés face à leur responsabilité.

Ulcérés, avec mon collège du parti communiste portuguais, nous avons réagit.

Lire la suite

Ryanair ou pourquoi la directive Bolkestein doit être abrogée

Intervention au Parlement européen 7/10/2013

Ryanair vient d’être condamné à verser des millions d’euros de dommages et intérêts pour travail dissimulé en France. Cette société avait, tout simplement, placé 127 de ses salariés français sous contrat irlandais afin de réduire au maximum leur rémunération et, surtout, de ne pas régler sa contribution au fonctionnement de la société française.

Ryanair veut saisir la Cour de justice européenne afin de faire annuler le jugement sur la base de la directive sur les services, la tristement célèbre « directive Bolkestein ». Cette directive esclavagiste encourage le dumping social et la surexploitation des salariés en permettant de délocaliser les statuts lorsque l’on ne peut délocaliser les activité

Si la Commission, le Conseil et la majorité politique de ce Parlement ne mettent pas à l’ordre du jour l’abrogation de cette directive, ils porteront la responsabilité d’être les fossoyeurs de l’Europe sociale et, probablement, de l’Europe tout court. Mais pour avoir ce courage politique, il faudrait une Commission, un Conseil et une majorité politique du Parlement indépendants des milieux d’affaires qui utilisent la « directive Bolkestein » pour se remplir les poches sur le dos des salariés européens.

Intervention au Parlement européen le 7/10/2013

Les questions des émissions des gaz à effet de serre et de la transition énergétique sont déterminantes pour l’avenir de notre espèce. Bien que cette question soit déterminante, l’Union, fidèle à son dogme ultralibéral, continue à croire que seul le marché va résoudre le problème. Or, tout ce que le marché garantit, c’est la spéculation, le droit du plus riche à polluer et la délocalisation des industries vers les pays n’ayant pas ou peu de législation écologique.

La vraie solution ne passe pas par le marché, la concurrence, la recherche du profit à tout prix, mais par les services publics et la coopération. Cela implique la construction d’entreprises publiques intégrées de production et de service pour l’énergie, les déchets, le fret ferroviaire, des entreprises auxquelles seront fixés des objectifs particuliers.

Oui, nous devons agir pour protéger l’environnement mais nous ne pouvons pas être les seuls à vouloir sauver la planète, et cela passe donc par une taxation écologique aux frontières de l’Union, des importations de produits manufacturés pour financer les investissements et la recherche & développement de ces entreprises publiques et de l’industrie européenne.

Communiqué de Jacky Hénin – député européen PCF-Front de Gauche Strasbourg 7 octobre 2013

Entre les lobbys qui défendent le « vapotage » de la cigarette électronique et les lobbys du tabac, c’est une avalanche d’emails qui déferlent dans l’Outlook des parlementaires européens, en préparation du vote de cette semaine sur la directive tabac.

Alors que les journaux titrent « L’industrie du tabac enfume à nouveau l’Union européenne » on peut se demander qui on essaie réellement d’enfumer en effrayant dans les chaumières contre les grands méchants lobbys.

Du lobbying il y en a difficile de le nier, et il est efficace puisque nous avons vu le vote de la directive tabac reporté de la session plénière de septembre à celle d’octobre, pour laisser plus de temps à des discussions de couloirs. Les lobbys ont trouvé une oreille attentive à leurs préoccupations au Parlement européen. La question se pose donc de savoir qui s’est laissé convaincre ? Il ne s’agit pas là d’un ou deux députés isolés, égarés par la perspective d’un dîner gratuit. C’est une majorité claire, nette et précise qui s’est dessinée en conférence des présidents alliant les présidents du PPE (groupe où siège l’UMP), ALDE (groupe libéral où siège le MODEM), ECR (groupe de droite conservatrice) et EFD (groupe d’extrême droite souverainiste où siège Philippe De Villiers), c’est-à-dire l’intégralité des présidents des groupes politiques de droite au Parlement européen unis pour une cause commune.

Les lobbys doivent être réglementés et encadrés au maximum, mais ne nous faisons pas enfumer. Si certains députés souhaitent défendre les intérêts du grand capital, aucune règlementation ne les en empêchera ! La responsabilité première de cette implication des grandes entreprises dans la direction de l’Union européenne est celle des élus, qui font le choix de leur ouvrir grand la porte de leur bureau. Pour ma part, je continuerai à jeter directement à la poubelle les invitations aux divers cocktails et conférences en tout genre organisés par les grands groupes à destination des députés de la commission industrie et je continuerai à rencontrer les syndicats et les représentants de la société civile. On a chacun les amis qu’on mérite et personnellement je ne souhaite pas en changer.

Laisser un commentaire

 

Les Enragés d'Aurillac |
LES MESSAGERS DU RDR |
LIVRY SUR SEINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog des idées non-reçue...
| MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...