CGT, FO, FSU, Solidaires – 18 mars une journée interprofessionnelle de mobilisation

Posté par pcfmaubeuge le 24 février 2014

Déclaration des organisations syndicales

CGT, FO, FSU, Solidaires

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires se sont rencontrées le 21 février 2014.

Face à la situation sociale vécue par les salariés du privé et du public, les privés d’emploi et les retraités de notre pays, elles décident de faire du 18 mars une journée interprofessionnelle de mobilisation massive. Elles les appellent à prendre toute leur place dans cette journée d’action tant sur leur lieu de travail que dans les territoires.

Elles invitent à rechercher l’unité d’action la plus large pour exiger des mesures urgentes en faveur des salaires, de l’emploi, de la protection sociale et du service public.

La stagnation du SMIC et le gel du point d’indice des fonctionnaires sont intolérables et handicapent gravement la relance économique. L’augmentation des salaires dans le public comme dans le privé est donc une priorité.

Les entreprises reçoivent plus de 172 milliards d’aides publiques sous la forme d’allègements ou d’exonérations fiscales et sociales, sans aucune conditionnalité ni évaluation de l’efficacité de ces aides en matière d’emploi et d’investissements et sans contrôle. L’ensemble de ces aides doit être remis à plat et évalué économiquement et socialement. 

La relance de l’emploi passe par un plan socialement utile, d’investissements industriels, de sécurisation de l’emploi pour les salariés, de création d’emplois de qualité, de relance du pouvoir d’achat et de développement des services publics.

Nos organisations considèrent que les annonces liées au pacte de responsabilité, et en particulier les 50 milliards d’euros d’économies programmées, répondent d’une logique inacceptable d’austérité et attaquent inévitablement le financement des services publics, de la protection sociale et de la solidarité nationale alors que les besoins sociaux augmentent.

Nos organisations réaffirment que la protection sociale est un droit universel. Celle-ci est partie intégrante du salaire socialisé. Supprimer la cotisation des entreprises à la branche famille conduit de fait à le diminuer. Elles s’opposent au transfert du financement de la branche famille des entreprises vers la fiscalité des ménages (y compris par la fiscalité locale). Elles réaffirment leur attachement aux droits familiaux financés par la branche famille de la sécurité sociale. C’est un des éléments qui concourt à l’égalité entre les femmes et les hommes en favorisant l’accès au travail des femmes.

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires appellent l’ensemble des salariés, chômeurs et retraités à se mobiliser et à participer massivement aux actions interprofessionnelles de manifestations, rassemblements et grève du 18 mars.

Paris, le 21 février 2014

Publié dans CHOMAGE, ECONOMIE - FISCALITE, EMPLOI, ENTREPRISES, POLITIQUE, RENDEZ-VOUS, RETRAITES, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Tribunes de notre conseillère régionale Annick Mattighello dans l’Humanité

Posté par pcfmaubeuge le 25 novembre 2013

www.humanite.fr/invites/annick-mattighello-la-vraie-urgence-c-est-d-era…

Il y a 1 jour – Chaque année, je crains le retour de l’hiver. Et cette année encore plus. Ici, le chômage est au plus haut. Cela dure depuis des décennies et

www.humanite.fr/invites/annick-mattighello-la-reforme-des-rythmes-scol…

Il y a 2 jours – La réforme des rythmes scolaires telle qu’elle est aujourd’hui envoie les maires dans le mur. D’une part elle n’est pas totalement financée.

www.humanite.fr/invites/annick-mattighello-des-digues-democratiques-gar…

Il y a 1 jour – À l’occasion du congrès, je voudrais saluer tous mes collègues républicains. Être maire aujourd’hui est une fonction exigeante, lourde de

www.humanite.fr/mot-cle/annick-mattighello

Annick Mattighello. La réforme des rythmes scolaires aggrave les inégalités entre communes, écoles et enfants. La réforme des rythmes scolaires telle qu’elle

Publié dans CHANGER LA SOCIETE, CHOMAGE, ECONOMIE - FISCALITE, EDUCATION NATIONALE, EMPLOI, ENTREPRISES, JEUNES, LEGISLATION, LOCAL, POLITIQUE, PRECARITE, PRESSE MEDIA, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Sur le droit au travail

Posté par pcfmaubeuge le 17 novembre 2013

ATD Quart Monde

N°2- Novembre 2013

Ce n’est pas le travail qui manque, l’argent non plus !

Au cours du mois passé, le projet a franchi une étape importante : prouver chiffres à l’appui qu’une des intuitions qui le porte correspondait bien à une réalité : La privation d’emploi coûte par an et par personne plus de 15 000 € à la France. Ce coût qui ne prend volontairement pas en compte l’assurance chômage (ARE) pourrait être réaffecté à l’emploi des personnes privées d’emploi.

Durant ce mois, une rencontre  importante a aussi eu lieu. Celle de Jean Gadrey, économiste qui a pris le temps d’étudier le projet, l’étude macro économique et d’en faire une critique constructive. Pendant une matinée de travail, Jean Gadrey nous a poussés à préciser notre propos, à approfondir  notre réflexion et nos écrits. Une question qui revient souvent dans nos rencontres et qu’il nous a posée, est celle qui fait suite à l’affirmation « ce n’est pas le travail qui manque ».

Il est vrai que nous avons plutôt l’habitude d’entendre dans les médias « C’est la crise, il n’y a plus de travail, encore des licenciements… ».

Plus de travail, ou plus d’emploi ?

Il est alors intéressant de se poser la question suivante « Si nous n’avions aucun souci d’argent, si nous rêvions juste un peu, en regardant autour de nous, ne verrait-on pas des travaux utiles à réaliser pour améliorer notre quotidien ? »

Nous aimons poser cette question à nos interlocuteurs et après quelques instants, une fois le blocage de la question financière dépassé, une multitude de travaux possibles et utiles leur vient à l’esprit. Ils ne sont souvent que partiellement solvables et c’est tant mieux, ils ne seront donc pas en concurrence directe avec le marché actuel.

Nous vous proposons de faire ce petit exercice et, pourquoi pas, de nous écrire les travaux qui vous sembleraient utiles dans votre environnement proche.

Jean Gadrey et nous-mêmes sommes convaincus que de nombreux travaux préfigureront une économie « douce », une économie du « prendre soin » : prendre soin de l’environnement, prendre soin des personnes, prendre soin de la relation à…

Bonne lecture à tous.

Frédéric Subbiot

Publié dans CHOMAGE, ECOLOGIE, ECONOMIE - FISCALITE, EMPLOI, ENTREPRISES, NATIONALE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Vidéo – On vous fait un dessin – EP 21: LE COUT DU CAPITAL

Posté par pcfmaubeuge le 14 novembre 2013

Le coût du capital expliqué en 4 minutes chrono,
avec le dernier film de la série « On leur fait un dessin ». Une nouvelle vidéo sur le sujet.

http://www.dailymotion.com/video/x173jv1

A voir et à revoir, l’épisode précédent.

http://www.dailymotion.com/video/x15q71w

Publié dans CHOMAGE, CULTURE, ECONOMIE - FISCALITE, EMPLOI, ENTREPRISES, HISTOIRE, LEGISLATION, NATIONALE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

AGC BOUSSOIS: LE SACRIFICE NE PAIE PAS…

Posté par pcfmaubeuge le 30 septembre 2013

DANS LA PRESSE

L’Humanité dimanche
26 septembre – 2 octobre 2013

AGC BOUSSOIS: LE SACRIFICE NE PAIE PAS... dans AGGLOMERATION agc-1-222x300agc-2-220x300 dans CHOMAGEagc-3-221x300 dans EMPLOI

agc-4 dans ENTREPRISES

Publié dans AGGLOMERATION, CHOMAGE, EMPLOI, ENTREPRISES, LICENCIEMENTS, LOCALE, LUTTES, POLITIQUE, PRESSE MEDIA, SYNDICATS | Pas de Commentaire »

Retraite à 60 ans à taux plein…

Posté par pcfmaubeuge le 20 septembre 2013

-

Retraite à 60 ans à taux plein

Un enjeu de civilisation

-

Une nouvelle « réforme des retraites » est en vue. Elle fera suite au énième rapport sur le sujet. Les arguments sont connus, éculés :  « on vit plus longtemps, donc il faut cotiser plus longtemps ». Contrairement à ses promesses de campagne, François Hollande fait sienne cette vieille rengaine que la droite nous a servie à chaque « réforme », et notamment en 2010. Le PS, alors, manifestait dans la rue… Mais ça, c’était avant !

Retraite à 60 ans à taux plein... dans CHOMAGE 60-ansLes réformes précédentes ont reculé l’âge de départ à la retraite, allongé la durée de cotisation une pension à taux plein et contribué à réduire le niveau des pensions distribuées.

Ces réformes ont été imposées au nom du « sauvetage de notre système de retraite solidaire ». Force est de constater qu’elles ont échoué. Et cela doublement. Elles n’ont pas permis de résorber le déficit des régimes de sécurité sociale. Le régime général était excédentaire en 2000 (+0,5 milliards d’euros), il est désormais déficitaire (-3,5 milliards d’euros attendu fin 2013). D’autre part, elles ont pesé sur le pouvoir d’achat des retraités et impacté la croissance de l’économie. En 20 ans (1992-2012), le pouvoir d’achat des pensions de base a perdu 7,22 %.

Pas une année de travail de plus !

Les gains d’espérance de vie existent depuis 1946 et c’est tant mieux. Entre 46 et les années 80, le gain à 60 ans a été de 5 ans pour les femmes et de 4 ans pour les hommes. Et pourtant, le gouvernement et la majorité de gauche en 1981 ont concrétisé une revendication du monde du travail et un engagement de la gauche introduisant l’âge ouvrant droit à la retraite à 60 ans au lieu des 65. La gauche a donc fait l’inverse de ce que le gouvernement prétend aujourd’hui inexorable.

Les gains d’espérance de vie n’ont pas vocation à augmenter le temps de travail mais plutôt le temps de vie de libre activité. Si la vie au travail doit vraiment devenir une condition d’un épanouissement de tous et de toutes, elle ne doit pas être le seul horizon.

La retraite : un droit pour tous les citoyens

La retraite, passage à l’inactivité ou nouvelle période de la vie sociale et citoyenne est-elle un temps utile pour la société ? Les retraités sont-ils ou elles une charge ou une utilité sociale ? L’important n’est-il pas d’arriver à la retraite en bonne santé ?

Les choix effectués relèvent de la nature de notre vie en société, de la place et du concept du travail, du rôle et de la place des retraités. C’est une exigence de justice sociale avec la sécurisation du parcours de vie de la naissance à la mort et un financement, intergénérationnel et solidaire, tiré des richesses créées par le travail dans l’entreprise.

Les questions de la place des retraité-e-s, de leur participation à la vie sociale, de la reconnaissance de leur apport à la société se posent avec force. Elles nécessitent un vrai débat public en mettant la place et le respect de l’Humain au cœur de la décision politique !

60 ans, une proposition d’avenir !

Les propositions du PCF pour un régime de retraite solidaire :retraites2 dans EMPLOI

  1. Fixer le départ en retraite à 60 ans à taux plein
  2. Assurer le montant du taux de remplacement à 75% du salaire de référence à partir des 10 meilleures années dans le privé et des 6 derniers mois dans le public, au nom de l’équité public/privé, en engageant le principe qu’aucune pension distribuée ne puisse être inférieure au niveau du SMIC
  3. Indexer l’évolution du niveau des pensions sur les salaires et non sur les prix
  4. Valider les années de formation comme des années travaillées afin de ne pas faire des besoins de qualification des handicaps au bénéfice de la retraite à 60 ans
  5.  Engager de véritables négociations sur la pénibilité du travail pour un réel départ anticipé et sur situation des « entrées dans le monde du travail précoce » qui doivent avoir un départ anticipé (tous les dispositifs d’apprentissage par exemple)
  6. Développer la prévention, améliorer les conditions de travail afin d’arriver à la retraite en bonne santé
  7. Revenir sur les réformes régressives qui ont été engagées depuis 20 ans : Abrogation des réformes Balladur et Fillon avec suppression des décotes et retour aux dix meilleures années comme référence pour les salariés du secteur privé et au six derniers mois pour le secteur public.
  8. Développer des services publics en direction des personnes âgées afin de leur permettre d’avoir une vie sociale dans la dignité

En 2010, les forces de gauche se sont battues ensemble pour faire échec à la réforme Woerth/Sarkozy des retraites. Les communistes au cœur du Font de gauche seront aussi déterminés à contribuer à tous les rassemblements utiles pour mettre en échec de nouveaux reculs sur les retraites.

Publié dans CHOMAGE, EMPLOI, FEMMES, JEUNES, LEGISLATION, NATIONALE, POLITIQUE, RETRAITES, SALAIRES, SECURITE SOCIALE, SENIORS | Pas de Commentaire »

Retraites, un enjeu de société

Posté par pcfmaubeuge le 19 septembre 2013

Retraites, un enjeu de société dans CHOMAGE retraites1

 

Les Médias au service de la pensée unique tentent de formater les esprits pour faire accepter au final les sacrifices aux seuls salariés et retraités.

Les réformes Balladur, Fillon, Woerth et Sarkozy ont entamé la casse de nos régimes de retraite depuis 1993.

Décrochage des retraites avec les salaires, prise en compte des 25 meilleures années pour le secteur privé au lieu des 10 meilleures, allongement du nombre d’annuités à 40 et au-delà pour une retraite à taux plein.

Elles ont pour seul objectif, sur le fond, de remettre en cause le système par répartition et d’abaisser durablement le niveau des pensions pour tous.

Aujourd’hui le rapport Moreau propose à F. Hollande et à son équipe (PS, EELV, PRG) de leur emboiter le pas.

Les mesures préconisées entre autres (augmentation de la CSG, suppression de l’abattement de 10% pour les retraités, nouvel allongement du nombre d’annuités etc.…) sont à combattre car elles ne sont pas justes ni justifiées !

Mais elles répondent aux exigences du Medef et des actionnaires qui continuent à mener la bataille pour transférer les cotisations sociales des entreprises sur les familles au nom de la compétitivité.

De plus, elles mettent en opposition privé et public en instaurant les conditions d’un faux débat.

Au cœur de l’enjeu de société, les recettes nouvelles, l’emploi, l’égalité salariale homme-femme, la contribution des revenus financiers.sans-titre dans EMPLOI

  • 100 000 chômeurs en moins, cela représente 1,5 milliards d’euros de recettes nouvelles, d’où l’urgence de la construction d’un nouveau système visant à sécuriser et à développer l’emploi et la formation.
  • 1 % de masse salariale en plus, cela représente 2 milliards d’euros de recettes nouvelles pour la sécurité sociale.
  • 1 point de croissance du PIB représente 2 milliards de ressources supplémentaires pour la sécu dont 1/3 pour les retraites.Sur une base de revenus financiers de 317,9 milliards d’euros en 2010, on pourrait dégager, en les soumettant aux taux actuels de la cotisation patronale :

→ 41,645 milliards pour la maladie (13,1%)
→ 26,386 milliards pour la retraite (8,3%)
→ 17,167 milliards pour la famille (5,4%)

L’austérité et la soumission aux injonctions de Bruxelles ne sont pas la solution : elles sont le problème !!!

Une réforme juste basée sur la sécurisation de l’emploi et de la formation, du parcours de vie de la naissance à la mort, permettant à chacun de pouvoir partir à 60 ans avec une pension à taux plein correspondant à une période allant de 18 à 60 ans. Durant cette période, il y aura les cotisations liées à l’emploi salarié, celles des périodes de non travail avec la sécurisation des parcours professionnels, la validation des périodes d’études, les cotisations liées à l’allocation d’autonomie et de formation de la jeunesse.

Il s’agit de valoriser la période de 18 à 60 ans pour assurer le taux plein à 60 ans.

  • Il faut poser l’obligation de l’égalité des salaires femmes et hommes.
  • Poser la question de la pénibilité et de l’entrée au travail précoce (avant 18 ans) qui doit se traduire par un départ anticipé en retraite.
  • Une retraite par répartition avec une indexation des pensions sur les salaires, et non sur les prix, aucune pension n’étant inférieure au SMIC.
  • Abrogation des réformes Balladur et Fillon avec suppression des décotes et retour aux dix meilleures années comme référence pour les salariés du secteur privé et aux six derniers mois pour le secteur public.
  • Validation des années d’études dans les trimestres de cotisation.
  • Développer la prévention, améliorer les conditions de travail afin d’arriver à la retraite en bonne santé.

C’est pourquoi nous soutenons la proposition de loi déposée
par les députés communiste et Front de Gauche en 2010.

Son fil conducteur est la réponse aux besoins humains !

Publié dans CHOMAGE, EMPLOI, FEMMES, JEUNES, LEGISLATION, NATIONALE, POLITIQUE, PRECARITE, RETRAITES, SALAIRES, SECURITE SOCIALE, SENIORS | Pas de Commentaire »

12345...12
 

Les Enragés d'Aurillac |
LES MESSAGERS DU RDR |
LIVRY SUR SEINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog des idées non-reçue...
| MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...