Instrumentalisation de l’Ecole par l’extrême droite – Déclaration FSU…

Posté par pcfmaubeuge le 14 février 2014

decla fsu au cse_13 fev 2014

Publié dans EDUCATION NATIONALE, MONTEE FASCISME, POLITIQUE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Quand la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche veut faire enseigner…

Posté par pcfmaubeuge le 13 février 2014

-
Quand la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

veut faire enseigner l’entrepreneuriat dès la maternelle

-
Par l’UFAL
Lundi 10 février 2014

Je pense que si on veut avoir davantage d’étudiants [qui lancent des entreprises, ndlr], si on veut avoir une vraie équipe France, c’est la culture qu’il faut changer et il faut commencer très tôt, il faut même commencer dès l’école maternelle.
Mais comme je suis responsable de l’enseignement supérieur et de la recherche, je commence à la recherche !

Geneviève Fioraso

Si les idées de Geneviève Fioraso étaient mises en œuvre, nous pourrions avoir des fêtes de l’école qui ressemble à cela en maternelle :

Quand la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche veut faire enseigner... dans EDUCATION NATIONALE Ufal_140210_lEntreprenariatScolaire-300x288

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Il n’est sans doute pas inutile de rappeler à notre ministre que même à son niveau, c’est-à-dire celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, l’article L141-6 du Code de l’éducation, qui dit que « Le service public de l’enseignement supérieur est laïque et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique », le monde l’entreprise n’a pas à s’immiscer de la sorte !

C’est l’occasion pour l’UFAL de rappeler son attachement à la laïcité scolaire qui permet cette séparation entre l’école publique et à la société civile. Sans cette séparation, aucune instruction n’est possible

Vous voulez défendre, avec nous, la laïcité ? Adhérez à l’UFAL !

Publié dans EDUCATION NATIONALE, JEUNES, NATIONALE, POLITIQUE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Tribunes de notre conseillère régionale Annick Mattighello dans l’Humanité

Posté par pcfmaubeuge le 25 novembre 2013

www.humanite.fr/invites/annick-mattighello-la-vraie-urgence-c-est-d-era…

Il y a 1 jour – Chaque année, je crains le retour de l’hiver. Et cette année encore plus. Ici, le chômage est au plus haut. Cela dure depuis des décennies et

www.humanite.fr/invites/annick-mattighello-la-reforme-des-rythmes-scol…

Il y a 2 jours – La réforme des rythmes scolaires telle qu’elle est aujourd’hui envoie les maires dans le mur. D’une part elle n’est pas totalement financée.

www.humanite.fr/invites/annick-mattighello-des-digues-democratiques-gar…

Il y a 1 jour – À l’occasion du congrès, je voudrais saluer tous mes collègues républicains. Être maire aujourd’hui est une fonction exigeante, lourde de

www.humanite.fr/mot-cle/annick-mattighello

Annick Mattighello. La réforme des rythmes scolaires aggrave les inégalités entre communes, écoles et enfants. La réforme des rythmes scolaires telle qu’elle

Publié dans CHANGER LA SOCIETE, CHOMAGE, ECONOMIE - FISCALITE, EDUCATION NATIONALE, EMPLOI, ENTREPRISES, JEUNES, LEGISLATION, LOCAL, POLITIQUE, PRECARITE, PRESSE MEDIA, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Communiqué du FDG pour l’éducation

Posté par pcfmaubeuge le 18 octobre 2013

-
Affaire Léonarda :

la loi contre les valeurs?

Respecter le droit à l’éducation

Nous partageons l’indignation générale face à l’expulsion de la jeune Léonarda. Elle intervient à la suite d’autres expulsions et notamment celle d’un élève d’un lycée professionnel parisien, Katchik.

Dans les commentaires sur cette affaire, il est de bon ton de mettre en cause les modalités ou les circonstances de l’expulsion mais de rappeler que la loi doit être respectée et appliquée. La loi serait donc juste mais les méthodes seraient contraires aux « valeurs de la gauche ». Et si c’était la loi qu’il fallait remettre en cause?

Comment en effet comprendre que l’on ne cesse de parler de la nécessité pour les « étrangers » en situation irrégulière de montrer leur volonté d’intégration pour pouvoir être régularisés et que l’on refuse de tenir compte de la scolarisation des élèves dans le service public français d’éducation, lieu par excellence pour les enfants d’intégration et de formation aux valeurs de la République?

Comment invoquer la loi et ignorer le droit de tout enfant à l’éducation, reconnu par des textes internationaux dont la France est signataire? Si Nicolas Sarkozy avait été obligé en 2005 de donner des consignes pour que la police n’intervienne pas à l’école et autour de l’école en matière d’expulsion et pour que l’on n’expulse pas les élèves avant la fin de leur année scolaire, c’était certes parce que de telles pratiques provoquaient des mobilisations immédiates mais ces mobilisations s’appuyaient sur ce droit imprescriptible à l’éducation : en effet comment garantir l’effectivité de ce droit si l’école devient un lieu où l’on doit sans cesse craindre l’expulsion ou si les familles ont peur de conduire leurs enfants à l’école? Comment le garantir si l’on expulse des élèves en cours de scolarité sans se préoccuper de la rupture que provoque une telle expulsion?

C’est pourquoi il faut non seulement que Léonarda, Katchik et les autres puissent revenir mais il faut modifier les règles. La gestion de l’immigration par des expulsions systématiques ne peut durer.

Nous demandons en particulier que la police n’interpelle pas des enfants ou des familles en situation prétendue irrégulière dans le cadre de l’école ou à proximité des établissements scolaires, qu’il soit clairement stipulé que les enfants scolarisés puissent mener jusqu’au bout les études engagées.

Nous demandons qu’il soit précisé que la scolarisation des enfants doit être un des éléments déterminants d’appréciation pour les décisions de régularisation.

Paris, le 17 octobre 2013

Publié dans CHANGER LA SOCIETE, EDUCATION NATIONALE, HISTOIRE, LIBERTE, MONTEE FASCISME, NATIONALE, POLITIQUE, RACISME | Pas de Commentaire »

Rentrée des classes

Posté par pcfmaubeuge le 2 septembre 2013

-

Priorité à l’école…

Passer des discours aux actes !

-

Le discours gouvernemental affirme la « priorité à l’école » mais cette rentrée sera encore une rentrée chaotique… Le nombre d’élèves augmente mais le nombre de postes est notoirement insuffisant, des classes sont fermées, d’autres surchargées. Il manque des postes en maternelle pour accueillir tous les enfants dans de bonnes conditions alors que la scolarisation précoce joue un rôle essentiel dans la lutte contre l’échec scolaire. Pour financer les « emplois d’avenir professeur », des postes de surveillants ont été supprimés. Qui va faire leur travail ? Les politiques menées ne sont pas à la hauteur de ce dont l’école a besoin : pour que l’école fasse réussir tous les élèves, il faut plus d’ambition !

Priorité à l’école ?

La « priorité à l’école » dans le contexte de l’austérité, c’est déshabiller Pierre pour habiller Paul. On ne veut pas de la mise en concurrence des services publics. Prendre à la culture, à la santé… pour maintenir les postes dans l’éducation nationale, ça ne peut pas marcher. Le développement continu de tous les services publics est nécessaire à la mission de l’école de faire réussir tous les enfants. On connaît les incidences, dans les parcours scolaires, de la précarité, de la dégradation des conditions de vie hors de l’école. Pour refonder l’école, il faut en finir avec l’austérité !

 « Priorité à l’école »… mais quelle école ? Grâce aux sénateurs communistes la capacité de tous à réussir est inscrite dans la loi. Il est urgent de l’acter en rompant avec une l’école à plusieurs vitesses mise en place par la droite, de changer de cap pour fonder l’école de l’égalité :

  • Une école vraiment gratuite, parce qu’il est inacceptable que la rentrée scolaire soit chaque année plus chère, en particulier pour les élèves des filières professionnelles et technologiques.
  • Une école qui a les mêmes ambitions pour tous les élèves. Pas le socle minimum pour les uns et les programmes pour les autres, pas le tri précoce, mais une culture commune ambitieuse pour tous.
  •   Pour transmettre cette culture à tous les enfants, il faut du temps ! C’est pour cela que nous défendons la scolarité obligatoire de 3 à 18 ans et le droit à la maternelle dès 2 ans pour les familles qui le souhaitent.
  • Une école où les enseignants sont véritablement formés, pour réussir dans l’exercice de leur métier et permettre la réussite de tous leurs élèves. Cette année encore, les nouveaux enseignants seront surchargés et n’auront pas les moyens de se former correctement.

Rythmes scolaires : une réforme piégée

C’est la réforme de la rentrée… Elle est tellement alambiquée que de nombreuses municipalités ont décidé de la reporter d’un an. Sous prétexte d’adapter le système aux enfants, elle pourrait bien dégrader encore les conditions d’enseignement !

Attention !

  • Rentrée des classes dans CHANGER LA SOCIETE feteCertaines matières pourraient être mises de côté par l’éducation nationale et laissées aux animateurs du périscolaire : le sport, l ’éducation artistique… sont pourtant tout aussi nécessaires au développement des enfants que les mathématiques !
  • Qui va payer la mise en œuvre de la réforme, la mise en place de nouvelles activités ? Les communes ? Les familles ? Dans tous les cas, les inégalités entre communes riches et communes pauvres, quartiers populaires et quartiers huppés, vont en sortir renforcées.

L’école doit se faire à l’école !

C’est à l’éducation nationale de transmettre à tous les enfants les savoirs nécessaires pour réussir à l’école. C’est à elle de répondre à la difficulté scolaire. L’aide à la scolarité en dehors de l’école n’est pas la solution car elle ne remet pas en cause les fondements d’un système sélectif. Par contre, il est urgent de former et de recruter des enseignants spécialisés dans le traitement de la difficulté scolaire.

Les municipalités, elles, peuvent offrir à tous les enfants un environnement riche et divers, qui leur permettra de découvrir d’autres horizons culturels, sportifs… et qui les aidera aussi à réussir à l’école. C’est pourquoi les communistes défendent la mise en place d’un service public de l’animation et de l’accueil de l’enfance.

b_1c1 dans CULTURERetrouvez nos propositions sur internet : www.pcf.fr – http://reseau-ecole.pcf.fr

TRACT à télécharger   fichier pdf Tract-Rentr-e2013

Publié dans CHANGER LA SOCIETE, CULTURE, EDUCATION NATIONALE, LOCALE, NATIONALE, POLITIQUE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

La lettre Réseau Ecole – juillet 2013

Posté par pcfmaubeuge le 13 juillet 2013

La lettre Réseau Ecole - juillet 2013 dans EDUCATION NATIONALE reseau-ecole Lettre à télécharger fichier pdf Ecole-La lettre juillet 2013

Publié dans EDUCATION NATIONALE, NATIONALE, POLITIQUE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Maubeuge, Groupe Communiste et Républicain – Conseil Municipal – Juin 2013

Posté par pcfmaubeuge le 28 juin 2013

Interventions du Groupe Communiste et Républicains

au Conseil Municipal du 27 Juin 13

-

« Compte administratif »

Monsieur le maire,
Chers collègues,

Le groupe communistes et républicains se réjouit de ce résultat positif. Nous y voyons tout le sérieux des services de la ville en ce qui concerne la maîtrise des dépenses. Nous saluons le travail accompli par ces services et notamment par les « référents budgétaires » qui, dans chaque service, ont à charge à veiller sur toutes les dépenses. C’est un travail difficile et ingrat qui les place en situation délicate, souvent, vis-à-vis de leurs collègues.

Nous souhaitons que ces résultats positifs constatés et améliorés depuis deux ans puissent « profiter » aux agents de la ville. Les services auraient grand besoin d’outils (notamment d’outils informatiques performants) pour améliorer la qualité et l’efficacité de leur travail qui, faute de ces outils, est souvent répétitif, pénible, lent.

Que ce soit en termes d’aménagement des lieux de travail, d’outils performants ou de formation, nous devons consacrer une partie de ces résultats à améliorer les conditions de travail de nos agents.

Ce souhait ne porte pas uniquement sur le souci des bonnes conditions de  travail de nos agents mais aussi sur la qualité du service à la population  qui en découlerait.

Merci de votre attention

-

Rapport de la Cour des Comptes « Accueil de la petite enfance »

Monsieur le maire,
Chers collègues,

Le groupe Communistes et Républicains a soigneusement étudié ce rapport.

C’est un rapport de la Cour des Comptes : les principales recommandations sont donc d’ordre technique, administratif et comptable. Nous pensons que les services de la ville veilleront à suivre ces recommandations.

Quelques remarques :

Le transfert de la compétence « petite enfance » à l’intercommunalité est récent. Il est donc normal que le lien entre ville et intercommunalité ne soit pas encore abouti et que des lourdeurs administratives subsistent entre les contrats enfance-jeunesse (entre contrat ville et contrat intercommunal). Mais ça n’est que provisoire, bien sûr : nous sommes en période de rodage ! L’élargissement de l’intercommunalité en début d’année va peut-être compliquer encore un peu les choses : il nous faudra tous repenser et retravailler, à cette échelle, l’accueil des tout-petits.

Plus important, nous semble-t-il : nos « insuffisances » en matière d’accueil individuel par des assistants maternels agréés. Le rapport  indique que la ville « renvoie » les familles en demande vers le « RAM » (Relais Assistants Maternels) qui est une structure associative. Nous ne doutons pas du bon travail de cette association mais le rapport indique que nous ne connaissons pas le nombre d’enfants accueillis, gardés par des assistants maternels à domicile. Ce sont pourtant des informations qui peuvent être utiles, notamment pour anticiper les effectifs de nos écoles. En cette période de mise en place de la Réforme des Rythmes scolaires où nous cherchons à bien discerner les difficultés que pourraient rencontrer les parents par rapport aux changements d’horaires, ces données auraient été précieuses.

Au-delà de cet aspect technique d’informations à recueillir, ne négligeons pas l’aspect socio-économique que représente ce mode de garde individuel. Il permet à de nombreuses familles de disposer d’un complément de revenu qui change beaucoup de choses ! Il favorise aussi le lien social et la mixité sociale et apporte aux femmes (aux nounous) un statut social.

Dans le cadre de la Réforme des rythmes scolaires, les assistantes maternelles sont impactées, elles aussi : elles perdent une demi journée de garde.

Nous avons à mettre en avant leur activité, à les promouvoir et les soutenir. D’autant plus qu’elles assurent un lien stable pour les enfants de l’âge de trois mois à leur entrée en collège.

Dans le travail de rédaction d’un Projet Éducatif de Territoire, il nous faudra les associer au même titre que tous les partenaires éducatifs de la ville afin, aussi, de mettre en avant la nécessité de stabiliser le parcours des enfants entre les différents mode de garde.

Merci de votre attention.

Publié dans ASSOCIATIONS, ECONOMIE - FISCALITE, EDUCATION NATIONALE, EMPLOI, FEMMES, JEUNES, MAUBEUGE, POLITIQUE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

12345...17
 

Les Enragés d'Aurillac |
LES MESSAGERS DU RDR |
LIVRY SUR SEINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog des idées non-reçue...
| MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...