Agglo – Réseau assainissement

Posté par pcfmaubeuge le 4 août 2013

DUBOIS Xavier

98, Rue de Sous le Bois
59 600 MAUBEUGE

06 30 04 16 02
Xavier.dubois2@gmail.com

Le 31 juillet, Maubeuge

Monsieur Rémi Pauvros
Président de l’Agglomération Maubeuge Val de Sambre

1, place du pavillon
 BP 243 — 59600
 Maubeuge Cedex

Monsieur le Président,

Il y a quelques semaines, mon foyer et les foyers voisins ont été touchés par des inondations. En effet, le réseau d’assainissement n’a pas été en mesure, lors d’un violent orage, de permettre l’évacuation des eaux d’égout. Ainsi, les eaux fangeuses (colportant, entre autres, du papier hygiénique et des protections périodiques) en provenance du Village fleuri se sont déversées sur nous, pénétrant dans les maisons, abîmant une première fois murs et mobilier.

Des agents techniques de la CAMVS sont venus pour nettoyer et le réseau, nous assurant que cela n’arriverait plus et que les problèmes étaient dus à une carence d’entretien.

Nous avons accepté cette explication, car nous pouvons admettre une erreur ponctuelle.

Cependant, lors des violents orages de ce samedi 27 juillet, nous avons été à nouveau inondés, et de façon plus importante.

Environ 13 cm d’eau face à nos portes, et jusqu’à 2 cm dans certains endroits de la maison, dont quasiment toutes les pièces sont touchées. Par ailleurs, pour d’autres raisons, il se trouve que l’eau s’infiltre par l’installation électrique, tombant directement sur le compteur, privant deux logements d’électricité. Dans les deux autres, inoccupés jusque septembre prochain, l’absence de coupure d’électricité alors que les compteurs étaient imbibés d’eau représentait un vrai risque d’incendie, qui aurait causé des dommages pour tout le quartier.

Par ailleurs, la puissance de l’eau a emporté un mur de soutènement, tombant presque sur la route, juste en face de l’entrée du Collège Vauban. C’est dire l’importance du volume d’eau en provenance de la cité voisine que le réseau d’assainissement ne prend pas en charge. Je vous rappelle que c’est pourtant une compétence communautaire.

Nous vous demandons de bien vouloir engager les travaux nécessaires à un écoulement normal des eaux de pluie ainsi que des eaux usées.

Par ailleurs, dès le dimanche matin, des agents municipaux ont nettoyé la chaussée. Nous les avons interpelés pour savoir s’il était possible de nettoyer le parking de nos logements, car cela nécessitait un équipement particulier, au vu de la composition de la boue créée par le déversement des eaux usées. Ils nous ont assuré contacter les services de l’agglomération pour que cela soit fait. Après tout, s’agissant d’une grave défaillance de leur part, cela n’était que bien naturel.

Mardi matin, nous n’avions toujours pas de nouvelles de l’Agglomération. Ma compagne a donc contacté les services concernés, qui ont annoncé envoyer quelqu’un. Qui est effectivement venu pour nettoyer…. les deux mètres devant la grille des logements, refusant de faire le parking intérieur, du fait de la répartition des compétences et de l’absence d’ordre en ce sens. Si on nous avait aidé dès le début, en nous conseillant, en annonçant qu’il fallait nous-mêmes nous débrouiller, nous ne serions pas restés trois jours dans la boue fangeuse et nauséabonde… Il me semble qu’il y a une carence de fonctionnement importante et surtout,  un réel manque de réactivité de la part du décideur politique : si vous aviez ordonné à vos services de faire le maximum pour aider les administrés sinistrés, aussi bien les occupants des logements que les habitants du quartier n’auraient été exposés pendant si longtemps à cette saleté insalubre.

Ce ne serait pas beaucoup demander des services communautaires qu’ils réparent les dommages que vos dysfonctionnements en termes d’assainissement ont provoqué, puisqu’ils en ont et la compétence, et l’équipement nécessaire.

Par ailleurs, aucun hébergement d’urgence ne nous a été proposé. Le foyer voisin accueille un enfant. Celui-ci a dû passer une nuit sans électricité dans l’eau putride. Je trouve stupéfiant l’immobilisme de la Municipalité. Dans une ville de plus de 30 000 habitants, il est ahurissant qu’aucun dispositif d’urgence ne soit mis en œuvre pour loger les victimes. Je suppose que notre cas n’était pourtant pas isolé. Nous n’avons pas même reçu un message compatissant d’un élu ou du personnel municipal. A un an d’échéances importantes, en tant que simple citoyen, je me permets de vous faire remarquer qu’un peu d’humanité de la part d’un élu est toujours le bienvenu.

Nous vivons aujourd’hui dans la crainte d’un nouvel orage violent, qui n’est réellement pas inimaginable pour les mois d’août et septembre si les températures se maintiennent au même niveau.

Je vous adresse, Monsieur le Président, mes salutations,

Xavier DUBOIS

Publié dans AGGLOMERATION, MAUBEUGE, QUARTIERS, SANTE, VIVRE A | Pas de Commentaire »

bœuf au cheval, stop ou encore ?

Posté par pcfmaubeuge le 28 juin 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Projet de loi sur la consommation :

bœuf au cheval, stop ou encore ?

L’Assemblée nationale entame l’examen du projet de loi relatif à la consommation. Après le scandale de la viande de porc et de cheval estampillée bœuf, un des éléments remarquable de ce texte est l’absence de mesure forte concernant l’indication de l’origine des produits agricoles et alimentaires pour les consommateurs.

Ainsi beaucoup a été dit sur les dérives des marchés de la viande, mais rien ne change vraiment, et l’opacité des filières d’approvisionnement de produits transformés demeure. Le ministre chargé de la consommation, Benoît Hamon, n’a ainsi rien prévu pour assurer aux consommateurs français un minimum de garanties sur la provenance de ce qu’ils retrouvent dans leur assiette. Sur les boîtes de raviolis ou de lasagnes vendues dans les grandes surfaces, rien ne change. On ne connaît toujours pas l’origine de la viande transformée. Nous pourrions faire le même constat pour la poêlée de légumes surgelée, ou les boîtes de conserve.

Pourtant, dans leur majorité, syndicats paysans et organisations de producteurs des différentes filières en France se sont exprimés publiquement sur cette exigence d’indication du pays d’origine : ils y sont favorables. Les associations de consommateurs ne cessent de le réclamer.

Pour le PCF, il est plus que temps d’être courageux sur la question de l’étiquetage de l’origine des produits alimentaires. Sans s’en remettre au bon vouloir de l’Europe, nous proposons l’étiquetage obligatoire de l’origine pour tous les produits, à l’état brut ou transformés. C’est ce que portent les députés du Front de Gauche, par l’intermédiaire d’André Chassaigne, qui ont déposé plusieurs amendements en ce sens sur le texte.

Les consommateurs ont le droit de savoir ce qu’ils achètent, une nourriture saine et de qualité !

Paris, le 25 juin 2013
Le PCF

Publié dans AGRICULTURE-MONDE RURAL, LEGISLATION, NATIONALE, POLITIQUE, SANTE | Pas de Commentaire »

Social – Pharmacie mutualiste, Hôpitaux, Associations…

Posté par pcfmaubeuge le 18 juin 2013

Social - Pharmacie mutualiste, Hôpitaux, Associations... dans EMPLOI pcf-front-de-gauche-300x101Section PCF Maubeuge/Val de Sambre
BP 32002 Louvroil
50606 – Maubeuge Cedex
http://pcfmaubeuge.unblog.fr/pcf.maubeuge@laposte.net

-

Pharmacie mutualiste,

situation des hôpitaux de la Sambre/Avesnois :

appel au rassemblement et à l’action  pour défendre notre territoire !

 

Ces derniers jours, l’actualité sociale a mis à nouveau en lumière les problèmes des centres hospitaliers de la Sambre Avesnois et de la mutuelle locale, où plus de soixante emplois sont menacés. Les communistes sont solidaires des travailleurs et des usagers de ces structures.

Les communistes du Val de Sambre et de Maubeuge exigent un sursaut de l’État pour que soient investis les moyens humains et matériels nécessaires à notre territoire. Des spécialistes doivent être affectés dans notre hôpital maubeugeois. Dans l’immédiat, l’Agence Régionale de Santé doit rétablir sa dotation antérieure : notre Sambre vit une crise exceptionnelle, le soutien financier des autorités doit l’être aussi.

Ce sera une revendication clé dans le cadre des élections municipales dans nos différentes communes.

Le rassemblement de ce jour montre que les travailleurs hospitaliers, de la psychiatrie notamment mais pas uniquement, sont épuisés par le manque d’effectifs. Leur dévouement sans limite pour notre population est exemplaire, mais ils ne peuvent sacrifier leur propre santé plus longtemps. Les usagers ont le droit d’être encadré par un nombre suffisant d’hospitaliers.

Pendant ce temps, 62 emplois sont menacés à la mutuelle APREVA, ex-Mutuelle de la Sambre, financée par les cotisations des salariés du Val de Sambre. Le groupe n’a absolument rien fait pour développer l’activité mutualiste maubeugeoise.

Nous soutenons les mobilisations en cours dans les hôpitaux locaux et à la mutuelle.

Nous appelons aussi à la plus grande vigilance quant au processus de fusion en cours au Fennec, foyer d’accueil situé à Maubeuge/Louvroil. Dans le contexte actuel, nous sommes attachés au plus haut niveau de service à la population, ce qui passe par le maintien de l’emploi avant tout.

La santé doit être un droit pour tous. Notre arrondissement ne peut plus supporter d’être, dans ce domaine, comme dans d’autres, les derniers du classement. Les élus locaux doivent réagir.

Pour un accès de tous aux services publics, contre l’enclavement du territoire, nous appelons au rassemblement populaire le plus large possible. Le Val de Sambre doit être enfin respecté !

De façon générale, les communistes revendiquer le contrôle des travailleurs et des usagers sur tout le domaine de la santé. Les gigantesques profits générés par l’activité des grands groupes pharmaceutiques peuvent être récupérés pour investir pour permettre que la santé soit accessible à tous.

Maubeuge, 14 juin  2013

Fatiha Kacimi (co-secrétaire de la section PCF Sambre/Bavaisis) : 07 87 43 80 20
Arnaud Beauquel (co-secrétaire de la section PCF Sambre/Bavaisis) : 06 48 20 79 84
Xavier Dubois (secrétaire de la cellule Albert Maton – PCF Maubeuge) : 06 30 04 16 02
___________________________________________

Clic sur l’image
associations-comment-la-reforme-213x300 dans MAUBEUGE

Publié dans EMPLOI, MAUBEUGE, POLITIQUE, SANTE, SECURITE SOCIALE, SERVICES PUBLICS, SYNDICATS | Pas de Commentaire »

Maubeuge – Grève en psychiatrie – 14 juin 2013

Posté par pcfmaubeuge le 14 juin 2013

Maubeuge - Grève en psychiatrie - 14 juin 2013 dans ENTREPRISES xavier-dubois_3-214x300

 

Pour ceux qui pourront y être :
rassemblement aujourd’hui vendredi à l’hôpital avec la CGT hospitalier à 13h.

Photo PCF MAUBEUGE : Rassemblement du 14 juin 2013 

action-h-pital-maubeuge-14-06-2013-300x220 dans LOCALE

________________________________________________________

DANS LA PRESSE

LA VOIX DU NORD

À Maubeuge, grève en psychiatrie vendredi pour dénoncer le manque de moyens

Publié le 12/06/2013 – Mis à jour le 12/06/2013 à 16:13

Par J.-M. B.

Que l’hôpital aille mal, c’est une évidence qui passe en boucle dans les media. Mais même si ça va sans dire, le syndicat CGT santé du centre hospitalier de Maubeuge considère que ça va mieux en le disant et a déposé un préavis de grève pour ce vendredi avec, au programme de cette journée d’action, un rassemblement prévu boulevard Pasteur, devant l’établissement hospitalier.

hopital-300x163 dans LUTTESIls ont l’air fatigués Karim Azzedine et Guillaume Rosey,
fatigués des semaines à cinquante heures de travail
pour le premier cité, de nuit par surcroît.
(Photo La Voix du Nord)
-
-
À entendre le secrétaire de la section santé et son adjoint, c’est une large majorité du personnel hospitalier qui partage cet état. « La population de Sambre-Avesnois n’a plus les moyens de se soigner en santé mentale », résume Karim Azzedine. Arrive ensuite l’antienne, la litanie, le bilan de santé d’un hôpital public qui va mal : « Un mois sans psychiatre, sans assistantes sociales, sans médecin somaticien » pour commencer. Et puis la suite : « L’agence régionale de santé a baissé la dotation de 220 000 € en 2013, c’est l’équivalent de cinq infirmières. L’an dernier, c’était de 21 000 € et les baisses vont s’étaler jusqu’en 2016. Pour vingt patients, on demande une équipe de quatre personnes. Il arrive souvent que nous sommes deux pour vingt. On est à 54 000 heures supplémentaires sur l’ensemble du site. »

L’arrondissement à la traîne

Au centre hospitalier de l’Avesnois, le secteur psy c’est quatre-vingt-dix patients hospitalisés, les centres médicaux psychologiques et centres d’accueil thérapeutiques à temps partiel de Jeumont, Ferrière-la-Grande, Hautmont, Aulnoye-Aymeries, Le Quesnoy. La psy en Sambre-Avesnois, ce sont aussi les détenus de la maison d’arrêt, patients sur-représentés dans ce secteur de la santé, les rapports inutiles et non suivis d’effets qui s’empilent là-dessus le dénoncent régulièrement. C’est encore une population plus fragilisée qu’ailleurs dans le domaine de la santé mentale où, sur l’échelle de gravité, on traite de la déprime à la pathologie lourde.

« Aujourd’hui, on fait du gardiennage, il n’y a plus d’activités pour les malades », reprennent Karim Azzedine et Guillaume Rosey. Le ton est d’autant plus dépité qu’il a été et qu’il est encore beaucoup demandé au personnel d’un établissement qui affiche pour la première fois un déficit, à hauteur de trois millions d’euros indiquent les deux syndicalistes. « On en a marre d’être les bons élèves. Il y a eu beaucoup d’efforts de faits de la part du personnel. Les directeurs d’établissements devraient se positionner plus clairement vis-à-vis de l’ARS. Il faudrait aussi que Rémi Pauvros se mouille. Il a des nouvelles responsabilités et il est président de la Fédération régionale hospitalière. » Et les deux hommes de tourner les yeux vers Valenciennes et Denain où, enfoncent-ils, les équipes médicales et paramédicales sont au complet en psy. Bref, une fois de plus et à l’instar de ce qu’on peut constater dans d’autres domaines – les infratsructures et les liaisons ferroviaires par exemple -, l’arrondissement est à la traîne.

Publié dans ENTREPRISES, LOCALE, LUTTES, NATIONALE, POLITIQUE, PRESSE MEDIA, RENDEZ-VOUS, SANTE, SERVICES PUBLICS, SYNDICATS | Pas de Commentaire »

Courrier de Fabien Thiémé à Marisol TOURAINE

Posté par pcfmaubeuge le 1 mai 2013

Pour un plan d’urgence en matière de santé dans le Valenciennois et

le Nord-Pas-de-Calais : intervention auprès de la Ministre de la Santé

Madame, Monsieur,

Cher(e) Ami(e), 

A télécharger   fichier pdf TOURAINE Marisol – situation sanitaire – avril 2013 -2–1, courrier que j’adresse ce jour à Madame la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé et par lequel je lui demande ce que le Gouvernement entend mettre en œuvre pour mettre fin à l’injustice sanitaire à laquelle sont confrontés le Valenciennois et le Nord-Pas-de-Calais et l’alerte sur la nécessité d’opérer un plan d’urgence.

Sachant l’intérêt que vous portez à ces questions et persuadé que vous n’hésiterez pas de communiquer ces éléments à vos amis,

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, Cher(e) Ami(e), en l’assurance de mes salutations les meilleures.

Fabien THIÉMÉ
Maire de Marly
Vice Président du Conseil Général du Nord

Publié dans NATIONALE, POLITIQUE, REGIONALE, SANTE, SECURITE SOCIALE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Fabien THIĖMĖ à Marisol TOURAINE

Posté par pcfmaubeuge le 24 février 2013

 

Fabien THIĖMĖ

Vice-Président du Conseil Général
Délégué à l’Enfance, à la Famille et à la Jeunesse
Maire de Marly

Tél. : 03.59.73.67.62
Fax : 03.59.73.67.63

Mail : fthieme@cg59.fr

Lille, le 21 février 2013

Madame Marisol TOURAINE

Ministre des Affaires Sociales et de la Santé

72, rue de Varenne

75 700 PARIS

Madame la Ministre,

La Fédération Française pour le Don de Sang Bénévole (FFDSB) a attiré mon attention sur une mesure prise récemment et qui risque d’être lourde de conséquences pour les patients français et notre système de santé.

En effet, en raison d’une mévente de ses produits sur le marché français, le Laboratoire Français de Fractionnement et des Biotechnologies (LFB) a demandé à l’Établissement Français du Sang d’arrêter la fourniture de plasma issu d’aphérèses, ce qui a conduit ledit établissement à stopper toutes plasmaphérèses visant à collecter du plasma en vue de fractionnement.

Cette mesure, comme le rappelle les intéressés, fait suite à un long processus initié par la séparation de l’EFS et du LFB inscrite dans la loi du 4 janvier 1993.

Auparavant, les activités de collecte, de préparation, de distribution et de fractionnement des produits sanguins étaient intégrées dans les mêmes structures.

La FFDSB alerte sur le fait que cette décision met en péril notre système de santé publique basée sur le bénévolat, l’altruisme, la gratuité du don mais aussi l’approvisionnement et l’autosuffisance en produits sanguins pour les patients nationaux.

Cette décision pourrait avoir un impact non seulement sur l’approvisionnement en plasma de fractionnement mais aussi thérapeutique – certains donneurs se démobilisant et se détournant du don – et, plus grave encore, sur l’approvisionnement en sang total, certaines collectes mixtes étant elles aussi supprimées.

Cette décision, préjudiciable aux patients et à l’équilibre de notre système de santé, pourrait également conduire, à moyen terme, à la suppression de 280 emplois au LFB et, à très court terme, à un plan social de plusieurs centaines d’emplois à l’EFS.

C’est pourquoi, par la présente, j’ai l’honneur de vous demander ce que vous comptez mettre en œuvre sur ce dossier d’importance afin d’assurer l’autosuffisance en produits sanguins éthiques les plus sûrs possibles pour les patients.

Persuadé de l’intérêt que vous porterez à la présente et dans l’attente de vous lire sur ce sujet d’importance,

Je vous prie de croire, Madame la Ministre, en l’assurance de ma haute considération.

Fabien THIÉMÉ
Vice-Président du Conseil Général du Nord
Maire de Marly

 

Publié dans NATIONALE, POLITIQUE, SANTE, SECURITE SOCIALE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaire »

Fonction publique – Vite, l’abrogation de la journée de carence !

Posté par pcfmaubeuge le 6 février 2013

6 février 2013

Communiqué de l’ANECR

« Un an après sa mise en place par le gouvernement de droite, la journée de carence en cas d’arrêt maladie ordinaire confirme son caractère inique, injuste et inefficace. Alors que les indicateurs de santé au travail sont alarmants dans la fonction publique territoriale, cette mesure conduit nombre d’agents publics, particulièrement les plus vulnérables parmi les bas salaires, à ne pas s’arrêter lorsqu’ils sont malades.

L’ensemble des agents subit cette pénalisation financière comme un véritable affront d’autant que les économies annoncées ne sont pas au rendez-vous.

Pénaliser les agents lorsqu’ils sont malades n’a jamais résolu les problèmes d’organisation du travail, d’absentéisme et de santé. Il serait plus judicieux de développer une médecine de prévention de qualité.

Le changement de majorité présidentielle et parlementaire intervenu au printemps dernier a fait naitre des attentes légitimes chez les personnels ; et ce, d’autant que le nouveau gouvernement s’est engagé à abroger ce dispositif qualifié par la Ministre, Marylise Lebranchu, elle-même, d’« insidieux, purement politique, destiné à stigmatiser les fonctionnaires ». Après des années de rigueur sur les effectifs, les salaires, les conditions de travail et de remise en cause des services publics, les fonctionnaires sont exaspérés et déçus.

Ils l’ont exprimé à l’occasion de la journée de mobilisation nationale du 31 janvier. L’ANECR soutient les revendications légitimes portées, à cette occasion, telle la revalorisation des rémunérations par l’augmentation du point d’indice, bloqué depuis 3 ans et qui a reculé de 13,28% en 12 ans par rapport à l’indice des prix.

L’abrogation de la journée de carence figurait en bonne place des exigences portées le 31 janvier ; mais c’est dès l’ouverture, à l’automne, de la conférence sociale, que toutes les organisations syndicales de fonctionnaires ont revendiqué unanimement le retrait de la mesure et qu’elles ont été soutenues par des élus de collectivités de gauche.

Déjà, un certain nombre de collectivités dirigées par la gauche dans sa diversité, soit n’ont pas mis en application cette mesure, soit l’ont suspendue.

Elles demandent désormais au gouvernement d’abroger, dans les plus brefs délais, ce dispositif inadmissible. Ne pas défaire cette loi qui stigmatise et culpabilise les agents de la fonction publique n’est pas acceptable. l’ANECR appelle tous les élus locaux, les parlementaires de gauche, les salariés de la fonction publique, les représentants du personnel, les syndicats à agir, ensemble, pour l’abrogation de la journée de carence et pour la garantie de conditions de travail et de santé des agents publics conformes au bon fonctionnement des services publics dont nos concitoyens n’ont jamais eu autant besoin. « 

Publié dans NATIONALE, POLITIQUE, SANTE, SECURITE SOCIALE, SERVICES PUBLICS, SYNDICATS | Pas de Commentaire »

12345...19
 

Les Enragés d'Aurillac |
LES MESSAGERS DU RDR |
LIVRY SUR SEINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog des idées non-reçue...
| MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...