Canal Seine Nord Europe

Posté par pcfmaubeuge le 15 mars 2014

-

Canal Seine Nord Europe :

Intervention auprès du Ministre des Transports,

de la Mer et de la Pêche

Fabien THIEME
Vice Président du Conseil Général du Nord
Maire de Marly

Monsieur le Ministre,

J’attire, par la présente, votre attention sur la réalisation du projet de Canal Seine Nord Europe.

Dans le mémento des Voies Navigables de France, il est précisé que le Canal engendrera « au moins 4 500 emplois directs durant le chantier » et, en phase d’exploitation, « 25 000 emplois dans la logistique, l’industrie, les transports, le tourisme … en 2030 à l’échelle de la liaison Seine-Escaut ».

Il est également mentionné que les régions intéressées par la liaison, à savoir le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie, l’Ile de France et la Haute Normandie, bénéficieront de retombées économiques à hauteur de 500 millions d’euros.

Ce projet est une obligation pour l’emploi, à l’heure où celui-ci se fait rare dans notre région et où la crise frappe durement les familles. C’est également un impératif écologique, avec la nécessité de prendre en compte les aspects entourant le Canal de Condé Pommeroeul.

Dans ce cadre, il convient de saluer le fait que ce projet, après des périodes d’incertitude voire de désespérance, ait été reconfiguré et soit désormais sur le point de se concrétiser.

Toutefois, le Valenciennois qui s’est massivement mobilisé, dans la diversité, pour la réalisation de ce dossier attend aujourd’hui des réponses claires lui qui, malgré ses atouts indéniables en matière industrielle et de recherche, affiche un taux de chômage inacceptable de 17%, avec une jeunesse fortement impactée.

L’impatience et l’urgence se font sentir, c’est pourquoi je vous demande de bien vouloir m’apporter des précisions sur le calendrier, le démarrage des travaux et les retombées concrètes attendues dans le Valenciennois en matière de créations d’emplois et de développement économique.

Je vous remercie de votre attention et des réponses que vous apporterez aux légitimes attentes des habitants et des acteurs économiques du Valenciennois sur ce projet d’envergure attendu depuis désormais plus de 20 ans.

Dans l’attente,

Je vous prie de croire, Monsieur le Ministre, en l’assurance de ma haute considération.

Fabien THIEME
Vice Président du Conseil Général du Nord
Maire de Marly

Publié dans ECOLOGIE, ECONOMIE - FISCALITE, EMPLOI, POLITIQUE, REGIONALE | Pas de Commentaire »

Lettre d’information de Jacky Hénin

Posté par pcfmaubeuge le 24 février 2014

Lettre d'information de Jacky Hénin dans ECOLOGIE pcf

Lettre d’information

de Jacky Hénin

Député Européen

 hemicycle dans ECONOMIE - FISCALITE

   Bonjour,

Voici les dernières actualités de Jacky Hénin

 

L’Union européenne va-t-elle mettre en danger le droit de grève des cheminots ?

Le Parlement européen va se prononcer le 26 février à Strasbourg sur le quatrième paquet ferroviaire. Ce texte est le dernier en date d’une longue série de mesures législatives visant à privatiser le rail.

Petit rappel :

Le premier paquet ferroviaire a posé les bases pour la libéralisation du fret et de l’interopérabilité.

Le deuxième paquet ferroviaire a privatisé le  fret ferroviaire (depuis, le fret ferroviaire a baissé de moitié reportant une partie importante du trafic sur la route).

Le troisième paquet ferroviaire a libéralisé les transports ferroviaires internationaux (ce qui a entrainé une explosion des prix pour les usagers).

Cette nouvelle modification de la législation européenne vise à achever la privatisation du rail.

Comment? Entre autres par la séparation entre gestionnaires d’infrastructure et opérateurs de transport (particulièrement problématique pour des organisations aux grosses infrastructures comme Eurotunnel), et l’obligation pour les collectivités de passer par des appels d’offres, avec les couts supplémentaires que cela implique, (pour l’instant les collectivités ont le droit d’octroyer directement un contrat de service public à une entreprise ferroviaire si elles le souhaitent). Même l’avis du comité des régions rédigé par un élu UMP a critiqué cette remise en cause des droits des collectivités à organiser les transports.

Cerise sur le gâteau, lors du vote en commission transports du Parlement européen le 17 décembre, un amendement a été ajouté demandant : «  un niveau de service minimal en cas de grève dans les transports publics ». Cette mesure va contre le droit de grève, liberté fondamentale des travailleurs du privé comme du public. Les travailleurs du rail, premiers à voir les conséquences concrètes d’un projet technique, étaient déjà très remontés, voilà qui n’est pas pour les rassurer. Avec le quatrième paquet ferroviaire les conditions de travail des salariés comme la sécurité du réseau ou les coûts pour les passagers ne sont que des variables d’ajustements permettant d’augmenter les profits des entreprises ferroviaires. Le dogme de la concurrence dirige une fois de plus la législation européenne au mépris de l’intérêt général.

Pour mieux réussir à faire passer des mesures profondément impopulaires la technique est bien rodée en Europe, diviser la législation en plusieurs parties et faire avaler la pilule morceau par morceau. Au besoin ajouter une dose de complexité par-dessus et arroser de mauvaise foi.

Mais les syndicats ne s’y laissent pas prendre, une mobilisation est prévue le mardi 25 février devant le Parlement européen. Je serai à leurs côtés.

 

Sacs plastiques biodégradables : frappons fort pour préserver l’emploi et la nature

http://www.youtube.com/watch?v=3F_DkK62cW4

Intervention en commission industrie, recherche et énergie – 13/02/2014

Voilà une fois de plus un sujet qui pourrait permettre à l’Union européenne de prendre de l’avance. De prendre de l’avance en matière de protection de l’environnement, de prendre de l’avance en matière de protection des intérêts humains, de prendre de l’avance en matière de protection de la vie animale, de prendre de l’avance en matière industrielle et en matière de recherche. Et puis comme sur beaucoup de sujets, on a le sentiment qu’on va rester au milieu du gué, qu’on s’arrête parce qu’on ne sait pas si on doit continuer à vouloir aller sur la berge en face ou repartir sur la berge qui est derrière nous.

De quoi parle-t-on? On vient de nous dire, « si on n’a plus de sachets plastiques on va devoir abattre des arbres pour faire des sacs en papier ». Sait-on en Europe qu’il existe aujourd’hui des sacs plastiques entièrement biodégradables produits à partir de la fécule de pomme de terre ou de l’amidon de maïs, le sait-on? Sait-on qu’il est possible de développer la recherche, de faire en sorte que l’on associe recherche, agriculture et industrie pour préserver nos emplois. Parce que ce que l’on ne dit pas dans cette commission, c’est que déjà les propositions ne sont pas suffisantes parce qu’on a le sentiment profond que l’on défend les intérêts des lobbys pétroliers.

On est en train d’organiser autour de l’Europe la pénurie de matières premières pour la fabrication des sacs plastiques. On va organiser sciemment le déplacement des entreprises qui fabriquent les sacs plastiques en direction de pays en voie de développement, là où la main d’œuvre est moins chère. Nous proposons nous d’aller beaucoup plus loin et d’agir différemment. Un, une surtaxe sur tous les produits qui sont dangereux pour les animaux et qui sont dangereux pour les humains. Une exonération de taxes pour les produits qui sont entièrement biodégradables, et qui sont produits sur la base d’un accord concret entre la recherche, l’agriculture, et l’industrie pour continuer à développer l’emploi en Europe.

Quant à savoir si nous devons continuer à faire en sorte que chacun puisse acheter ce qu’il veut acheter, eh bien oui, mais à la condition, et c’est l’une des règles importantes de ce Parlement, que la concurrence soit libre et non faussée, or actuellement, la concurrence sur les produits pétroliers est faussée par le simple fait qu’on organise la pénurie pour faire monter les tarifs. Frappons fort, sauvons l’industrie qui fabrique les sacs plastiques mais qui se transforme en industrie de fabrication de sacs plastiques biodégradables, créons les conditions d’un rapprochement entre l’agriculture et l’industrie et nous ferons œuvre de bonne volonté pour l’Europe.

Publié dans ECOLOGIE, ECONOMIE - FISCALITE, EMPLOI, ENTREPRISES, EUROPEENNE, LEGISLATION, POLITIQUE, RENDEZ-VOUS, SERVICES PUBLICS, TRANSPORTS | Pas de Commentaire »

Le Parlement européen rejette l’interdiction du chalutage en eaux profondes

Posté par pcfmaubeuge le 20 décembre 2013

Le Parlement européen rejette l’interdiction du chalutage en eaux profondes

Le Parlement européen rejette l'interdiction du chalutage en eaux profondes dans ECOLOGIE 11321648254_f78e972227thumb150x150Explication de vote 10/12/2013

Les pêcheurs redoutaient depuis quelques mois une possible interdiction de la pêche en eaux profondes. Cette menace vient d’être levée.

Le Parlement européen a adopté une position moins brutale et demande que les États membres s’appuient sur de meilleures informations scientifiques et techniques pour identifier les écosystèmes marins vulnérables et envisager des mesures spécifiques à ces zones. Par ce vote mesuré le Parlement reconnait la nécessité d’informations scientifiques précises sur la raréfaction des ressources halieutiques pour guider les choix des politiques de la pêche.

Une bonne chose alors que des décisions arbitraires pour certaines zones côtières sont trop souvent prises au niveau européen par manque d’informations. La pêche artisanale, pourtant la plus respectueuse de l’environnement, est la première à être mise en danger au profit de la pêche industrielle par des politiques européennes implacables et inadaptées. La procédure législative n’est pas encore terminée. Le Conseil (représentant les gouvernements des États membres) doit encore se prononcer. L’année prochaine le Parlement sera à nouveau saisi du règlement, nous restons donc vigilants.

Publié dans ECOLOGIE, EUROPEENNE, NATIONALE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

cyber-action «pas un sou pour de nouvelles bombes atomiques»

Posté par pcfmaubeuge le 21 novembre 2013

Loi de programmation  militaire:
c’est le moment d’intervenir auprès des députés.
Urgent : Prenez part à la cyber-action «pas un sou pour de nouvelles bombes atomiques» pour peser sur le débat !

Votre logiciel de mail a bloqué l'affichage des images. Pour visualiser  ce message correctement, il vous faut autoriser l'affichage des images.

Nous avons dès le mois d’octobre fait connaitre notre rejet du  projet de loi de programmation militaire 2014-2019 d’un montant de 190 milliards d’Euros sur 6 ans, dont 23.3 milliards d’Euros pour les armes atomiques.

Ce projet de loi qui est en débat les 26-27 et 28 Novembre à l’Assemblée Nationale comprend des crédits pour la construction de nouvelles armes nucléaires.

D’anciens ministres, des élus, y compris de la majorité, des militaires, des experts etc, partagent totalement ou en partie notre point de vue. La commission des affaires étrangères semble vouloir donner son avis en particulier sur la question des armes nucléaires, alors que ce n’était pas prévu.

Les choses bougent notamment au plan international. Un débat semble pouvoir s’engager. C’est donc le moment d’agir!

Pour cela :

Nous comptons sur vous.

Le bureau national du Mouvement de la Paix
Contact : roland.nivet@mvtpaix.org

www.mvtpaix.org

Publié dans ARMEE, CHANGER LA SOCIETE, ECOLOGIE, HISTOIRE, NATIONALE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Agglomération – Maubeuge : entretien avec Daniel Barbarossa

Posté par pcfmaubeuge le 18 novembre 2013

Agglomération - Maubeuge : entretien avec Daniel Barbarossa dans AGGLOMERATION danielbarbarossa

-

LE COURRIER DU PARLEMENT EUROPÉEN
« Maubeuge »

RÉDACTION GÉNÉRALE : Un entretien avec Daniel Barbarossa

-

« Mettons en valeur les racines du futur »

-

Entre mémoire de l’industrie et mise en valeur du patrimoine naturel et militaire, le tourisme maubeugeois s’attend à des lendemains qui chantent.

Un entretien avec Daniel Barbarossa,
Conseiller délégué au développement touristique

 

Quel sont les principaux atouts touristiques de l’Agglomération ?

Maubeuge est une ville Lurçat, du nom de l’architecte chargé du plan de reconstruction en 1945, mais avant tout une ville Vauban, puisqu’elle abrite les fortifications de l’ingénieur militaire. Le zoo, qui se trouve à l’intérieur des remparts, deviendra le Parc de la biodiversité et prendra une toute autre dimension au cours des dix prochaines années. Le rapport nature/industrie est une des caractéristiques essentielles de la région : l’industrie a marqué les paysages, ces derniers s’étant réapproprié les friches industrielles. Cela crée, dans une aire géographique globalement verte et bocagère, la particularité de la vallée de la Sambre. Le regard extérieur est attiré par certaines maisons complètement métalliques, devenues une curiosité architecturale, les corons ouvriers ou encore des friches industrielles énigmatiques, comme le dispatching à Louvroil. A première vue, ce dernier ressemble plus à un ovni planté dans le sol qu’à un ancien répartiteur de minerais ! L’Art déco, représentant tout un pan de notre offre touristique, est raccordé au travail mené sur la mémoire industrielle, qu’elle soit verrière, sidérurgique, cheminote ou métallurgique. A titre d’exemple, le musée du verre, situé aux abords de l’Agglomération, est en train de devenir un espace de création à part entière.

Comment accélérer le développement du tourisme fluvial ?

Nous avons mis en place beaucoup d’aménagements au sujet de la Sambre, notamment sur la préservation de la biodiversité et la protection des berges, en intégrant la véloroute sur les voies de halage. L’Agglomération se trouve au carrefour de la voie Euro3 Paris-Moscou et dispose d’un relais Eco-vélo labellisé Gîtes de France. Raccordé au Ravel belge, ce schéma global offre des boucles extrêmement intéressantes, peaufinées dans le Parcours Sambre. Ce programme interrégional et transfrontalier vise à développer les capacités d’hébergement, de commercialisation, d’ingénierie et de mise en valeur touristique, autour de l’unité de la Sambre et de la notion d’itinérance. Des jeux interactifs, proposés en partenariat avec les acteurs locaux, mettront en scène ces parcours. L’outil informatique permet aux utilisateurs de télécharger des circuits ou des informations. Une étude a montré que la remise en navigation touristique de la Sambre prendra du temps. S’il s’agit d’un dossier très complexe, il aboutira certainement ; y penser dès maintenant est donc loin d’être inutile. Nous travaillons ainsi d’arrache-pied afin de proposer le meilleur service possible lorsque la remise en navigation de la Sambre sera achevée.

Quelle vision à long terme proposez-vous ?

L’équipe en place a lancé une étude sur la définition d’une stratégie touristique, de manière à proposer des fiches quasiment opérationnelles pour les prochains élus. Il faudra par exemple travailler l’articulation entre le zoo et l’ensemble de l’arrière-pays, faire en sorte que le Parc de la biodiversité devienne une porte d’entrée du tourisme dans toute l’Agglomération. Nous espérons qu’au moins une fraction des 500 000 visiteurs attendus poursuivent la découverte de la région ou reviennent explorer les véloroutes, la biodiversité et le patrimoine militaire. À Feignies, le fort de Leveau, réhabilité par des bénévoles de façon magistrale, rappelle que la ceinture fortifiée s’étend au-delà de Maubeuge. Un partenariat avec la CCI permet de mieux qualifier l’offre touristique. Face au manque de personnel parlant le néerlandais, il faut s’engager dans la voie de la formation. Nous habitons une Agglomération confortable, qui offre un cadre de vie agréable au cœur d’un environnement magnifique. Il importe désormais de cultiver le rapport industrie/nature et de mettre en valeur les racines du futur.v

Propos recueillis par Olivier Gil

Publié dans AGGLOMERATION, ECOLOGIE, ECONOMIE - FISCALITE, EMPLOI, ENTREPRISES, LOCAL, MAUBEUGE | Pas de Commentaire »

Sur le droit au travail

Posté par pcfmaubeuge le 17 novembre 2013

ATD Quart Monde

N°2- Novembre 2013

Ce n’est pas le travail qui manque, l’argent non plus !

Au cours du mois passé, le projet a franchi une étape importante : prouver chiffres à l’appui qu’une des intuitions qui le porte correspondait bien à une réalité : La privation d’emploi coûte par an et par personne plus de 15 000 € à la France. Ce coût qui ne prend volontairement pas en compte l’assurance chômage (ARE) pourrait être réaffecté à l’emploi des personnes privées d’emploi.

Durant ce mois, une rencontre  importante a aussi eu lieu. Celle de Jean Gadrey, économiste qui a pris le temps d’étudier le projet, l’étude macro économique et d’en faire une critique constructive. Pendant une matinée de travail, Jean Gadrey nous a poussés à préciser notre propos, à approfondir  notre réflexion et nos écrits. Une question qui revient souvent dans nos rencontres et qu’il nous a posée, est celle qui fait suite à l’affirmation « ce n’est pas le travail qui manque ».

Il est vrai que nous avons plutôt l’habitude d’entendre dans les médias « C’est la crise, il n’y a plus de travail, encore des licenciements… ».

Plus de travail, ou plus d’emploi ?

Il est alors intéressant de se poser la question suivante « Si nous n’avions aucun souci d’argent, si nous rêvions juste un peu, en regardant autour de nous, ne verrait-on pas des travaux utiles à réaliser pour améliorer notre quotidien ? »

Nous aimons poser cette question à nos interlocuteurs et après quelques instants, une fois le blocage de la question financière dépassé, une multitude de travaux possibles et utiles leur vient à l’esprit. Ils ne sont souvent que partiellement solvables et c’est tant mieux, ils ne seront donc pas en concurrence directe avec le marché actuel.

Nous vous proposons de faire ce petit exercice et, pourquoi pas, de nous écrire les travaux qui vous sembleraient utiles dans votre environnement proche.

Jean Gadrey et nous-mêmes sommes convaincus que de nombreux travaux préfigureront une économie « douce », une économie du « prendre soin » : prendre soin de l’environnement, prendre soin des personnes, prendre soin de la relation à…

Bonne lecture à tous.

Frédéric Subbiot

Publié dans CHOMAGE, ECOLOGIE, ECONOMIE - FISCALITE, EMPLOI, ENTREPRISES, NATIONALE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Manifestations bretonnes, point de vue de Marie-Andrée…

Posté par pcfmaubeuge le 4 novembre 2013

De Jack BOUGOUIN, Secrétaire général de l’Ufros CGT

Cher(e)s camarades,

Ci-dessous le point de vue de Marie Andrée BERNARD -membre du secrétariat de l’Ufros- sur les manifestations bretonnes, notamment celle de Carhaix dont les médias ont peu ou pas du tout parlé !!!
En effet les médias « portes voix » zèlés des thèses libérales ont pratiqué leurs amalgames habituels pour détourner l’attention des citoyens sur les véritables problèmes de la Bretagne…Problèmes  qui ne doivent rien à l’Ecotaxe  » Borloo », mais tout au dumping social qui a entrainé la perte de milliers d’emplois !!!
________________________________

Quelle était belle dans sa dignité notre manifestation, ce 2 novembre, à CARHAIX, emmenée par la CGT, drapeaux au vent, à laquelle s’étaient joints la FSU et Solidaires, le PCF, Le Front de Gauche, Les Alternatifs, EELV et d’autres encore… 3.000 manifestants ont défilé dans les rues de CARHAIX pour la sauvegarde et le maintien de l’emploi en Bretagne, en particulier dans le Finistère où les salariés de nombreuses entreprises de l’agroalimentaire subissent  de plein fouet les politiques néo-libérales de la crise actuelle, démontrant que le « modèle agricole breton » est aujourd’hui une faillite économique, sociale et environnementale.

Pendant ce temps à QUIMPER, soutenus par le MEDEF, la FDSEA, la droite, salués par le Front National, avec la complicité de FO, ceux-là même qui licencient et ferment des entreprises, les patrons, la grande distribution…, ceux-là même qui n’ont pour objectif que de diminuer leurs coûts et de se dédouaner de toutes leurs responsabilités, exploitant la colère et le désespoir d’une grande partie de la population (engendrés par les suppressions massives d’emplois) à des fins politiciennes, mettent en cause l’intégrité et l’indépendance des salariés dans un combat qui n’est pas le leur.

Nombre d’entre eux se sont laissés enfumer par un amalgame scandaleux, activé également par les médias.

Comme l’a écrit Henri KRASUCKI « Rien ne fait plus mal aux travailleurs que la collaboration de classes. Elle les désarme dans la défense de leurs intérêts et provoque la division. La lutte de classes, au contraire, est la base de l’unité, son motif le plus puissant. C’est pour la mener avec succès en rassemblant l’ensemble des travailleurs que fut fondée la CGT. Or la lutte de classes n’est pas une invention, c’est un fait. Il ne suffit pas de la nier pour qu’elle cesse: renoncer à la mener équivaut pour la classe ouvrière à se livrer pieds et poings liés à l’exploitation et à l’écrasement. ».

VIVE LA CGT!
Marie-Andrée

________________________________

voir également  : Esprit de l’éco-taxe, es-tu là ?

Publié dans CHANGER LA SOCIETE, ECOLOGIE, ECONOMIE - FISCALITE, EMPLOI, ENTREPRISES, HISTOIRE, LICENCIEMENTS, MONTEE FASCISME, NATIONALE, POLITIQUE, RENDEZ-VOUS, SYNDICATS, TRANSPORTS | Pas de Commentaire »

12345...16
 

Les Enragés d'Aurillac |
LES MESSAGERS DU RDR |
LIVRY SUR SEINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog des idées non-reçue...
| MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...