8 mars 2014 : 70 ans de droit de vote des femmes en France !

Posté par pcfmaubeuge le 11 mars 2014

8mars2014_18mars2014_2

Tract à télécharger   fichier pdf tract 8 mars 2014

Publié dans CULTURE, EGALITE, FEMMES, HISTOIRE, LIBERTE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Égalité femmes/hommes

Posté par pcfmaubeuge le 7 mars 2014

égalitéFEMMES

Argumentaire à télécharger   fichier pdf Argumentaire femmes HD

Publié dans CULTURE, FEMMES, HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

M’PEP – Urgence Ukraine – Jacques Sapir

Posté par pcfmaubeuge le 6 mars 2014

Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP)

Texte de Jacques Sapir, directeur de recherches à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), diffusé par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 5 mars 2014.

Le M’PEP partage l’essentiel de l’analyse de Jacques Sapir présentée ci-dessous.

URGENCE UKRAINE

Texte de Jacques Sapir, directeur de recherches à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), diffusé par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 5 mars 2014.

Le M’PEP partage l’essentiel de l’analyse de Jacques Sapir présentée ci-dessous.

1.- Le mouvement de contestation du pouvoir du Président Ianoukovitch, mouvement dont la base était une révolte contre la corruption bien plus qu’une volonté d’adhésion à l’Union européenne, a été débordé par des éléments ultra-nationalistes, dont certains appartiennent à des groupuscules fascisants. Ces éléments ont délibérément cherché l’affrontement, en tirant sur les forces de sécurité, faisant prendre des risques inconsidérés aux autres manifestants qui étaient pris en otage. Ces militants portent une large part de responsabilité dans les morts de la place Maidan. Leur nombre oscille entre 10 000 et 20 000 ; ils étaient minoritaires dans le mouvement de protestation, mais ils sont devenus politiquement dominants au fur et à mesure que la situation se dégradait et que montait la violence des affrontements. Ce sont eux qui ont cherché à prendre d’assaut le Parlement, provoquant la réaction des forces de sécurité, et déclenchant la séquence des événements qui a conduit à la fuite de Ianoukovitch.

2.- Il faut ici rappeler que le Président et le Parlement ont été régulièrement élus. Mais, ces élections (2010) avaient permis de mesurer combien la politique ukrainienne était marquée par une division entre des populations russes (et russophones) regroupées à l’Est du pays et des populations ukrainophonnes, dont une partie habite les régions qui, avant 1914, étaient soit dans l’empire Austro-Hongrois soit étaient en Pologne. L’Ukraine est un pays neuf, dont l’existence est fragilisée par ces divisions. Ces dernières ont été renforcées par les évolutions économiques de ces dix dernières années, qui ont vu les relations avec la Russie se développer rapidement. L’Ukraine de l’Est, russophone, vit mieux que l’Ukraine de l’Ouest. Pour cette dernière, l’Union européenne représente un pôle d’attraction important, même s’il est probablement imaginaire compte tenu de la situation économique actuelle de l’UE.

3.- Le pouvoir légal a lui aussi une part de responsabilité dans ces événements tragiques, que ce soit par un usage disproportionné de la force au début des manifestations, ou par ses hésitations par la suite qui ont démoralisé une bonne part de ses soutiens. Il a été incapable de s’opposer à une logique minoritaire, qui s’est exprimée même au Parlement lors du vote, au début du mois de février, de la loi supprimant le statut de langue officielle au russe (à côté de l’ukrainien). Ce vote apparaît aujourd’hui comme un tournant symbolique car il a fait basculer l’affrontement d’une logique de lutte pour la démocratie et contre la corruption à une logique nationaliste-ethniciste. Les populations tant russes que russophones des régions de l’Est de l’Ukraine et de la Crimée n’ont pu qu’être légitimement inquiètes de la rupture du pacte sur lequel était fondé l’Ukraine indépendante depuis 1991.

4.- Mais, l’opposition légale a aussi une part de responsabilité en particulier dans son incapacité à faire respecter les accords signés avec le Président. Elle s’est laissée déborder par les groupes ultra-nationalistes et n’a pu ni su les reprendre en main. Elle s’est aussi bercée d’illusion sur le soutien que les pays de l’Union européenne pourraient lui apporter.

5.- À la suite des événements tragiques de fin février s’est donc mis en place un pouvoir de fait à Kiev, provoquant un effondrement de la légitimité de l’État ukrainien. La dissolution d’unités de la police, qui n’avaient fait qu’obéir aux ordres, a provoqué une profonde inquiétude dans les régions de l’Est. Ce à quoi on assiste depuis le 28 février, soit la prise du pouvoir par des groupes pro-russes en Crimée, à Kharkov, à Donetsk et même à Odessa, n’est que la suite logique du basculement d’une lutte pour la démocratie et contre la corruption vers un affrontement ethnique. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’intervention militaire de la Russie qui est en cours. Il faut ici ajouter qu’il y a en Ukraine pas moins de 17 réacteurs nucléaires et de nombreux centres de stockage de matériaux fissiles, ce qui représente un autre danger pour la sécurité de la région toute entière.

6.- Personne, dans ces conditions, n’a intérêt, sauf les groupes extrémistes, à une partition de l’Ukraine. Ce n’est pas dans l’intérêt de la Russie, qui certes y gagnerait ce qu’elle possède de facto déjà, soit l’industrie ukrainienne, mais qui verrait alors se profiler une longue période d’affrontements avec l’UE et les États-Unis. Ce n’est pas non plus l’intérêt de l’UE, car il lui faudrait porter littéralement à bout de bras l’Ukraine occidentale (et la moitié de la population). Le coût économique serait élevé dans une situation où plus personne ne veut payer pour autrui. Il serait aussi répété sur de nombreuses années, car l’on voit mal comment la situation de l’Ukraine occidentale pourrait s’améliorer à court terme. Les conséquences financières seraient aussi importantes, car les banques européennes, et en particulier autrichiennes, sont lourdement exposées au risque ukrainien. De plus, l’UE pourrait être tenue pour responsable de la situation en Ukraine centrale et occidentale et, avec la montée rapide d’un désenchantement qui n’est hélas que trop probable, elle devrait affronter la montée de sentiments pro-russes dans cette population.

7.- Il faut donc aujourd’hui que les dirigeants de l’UE et les dirigeants russes se rencontrent d’urgence et établissent une feuille de route pour une fédéralisation de l’Ukraine, mais maintenant son intégrité territoriale. Des garanties doivent être apportées à la population russophone, et les groupes ultra-nationalistes doivent être d’urgence désarmés et réduits à l’impuissance. L’Ukraine peut vivre comme une Nation souveraine, mais à la condition de trouver les formes de son intégration économique. Or, aujourd’hui, seule la Russie et l’Union eurasienne sont en mesure de fournir un véritable moteur au développement du pays. L’Union européenne doit cesser de penser que la Russie financera une Ukraine hostile. La Russie doit pour sa part comprendre le tropisme politique et culturel vers l’Europe d’une partie de la population ukrainienne. Les conditions d’un accord permettant au pays de retrouver sa stabilité sont possibles. Elles correspondent aux intérêts tant de l’UE que de la Russie. Il faut espérer que l’idéologie de l’affrontement ne l’emportera pas et que la raison triomphera.

Publié dans CULTURE, EUROPEENNE, HISTOIRE, INTERNATIONALE, MONTEE FASCISME, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

CGT – COMMUNIQUE Action DIRECCTE Lille

Posté par pcfmaubeuge le 21 février 2014

UL CGT Maubeuge

COMMUNIQUE Action DIRECCTE Lille

Comme précédemment annoncé, une action d’envergure a été réalisée ce jour au siège de la DIRECCTE Nord Pas de Calais à Lille dès 9 heures contre le Plan Sapin et la fermeture des antennes de Maubeuge et Cambrai de l’Inspection du Travail.

A l’appel de l’intersyndicale de la Direccte (CGT-FO-SUD-FSU) plus de 150 représentants se sont rassemblés et ont investi les locaux de la Direccte où devait se tenir une réunion du Comité Technique Régional (CTR) qui devait rendre un avis sur le projet de réorganisation régionale des services et activités de la Direccte, comprenant notamment la fermeture des antennes de Maubeuge et Cambrai de l’Inspection du Travail. Cette réunion de ce fait, n’a pu avoir lieu.

Pour les Unions Locales de Maubeuge, Aulnoye et Fourmies 50 représentants avaient fait le déplacement en bus.

Pendant près de 4 heures, nous avons retenu la directrice régionale, Madame Laurent et ses principaux collaborateurs. Les échanges ont été extrêment nourris et clairs quant à nos arguments pour le maintien de ces antennes locales de l’Inspection du Travail et à notre détermination à nous opposer à leur fermeture.

Certaines évolutions issues du projet Sapin que combattent avec juste raison les syndicats de cette administration ne relèvent pas du pouvoir de décision de la direction régionale. Par contre, la décision du maintien ou de la suppression des antennes locales de Maubeuge et Cambrai sont de l’initiative et de la décision de Madame Laurent.

Le message a été clairement perçu et nous avons conclu la réunion par une demande écrite des organisations syndicales présentes exigeant un engagement à renoncer à ces fermetures et à apporter aux antennes locales les moyens de fonctionnement supplémentaires qu’éxigent la dégradation de la situation sociale dans les entreprises.

Madame Laurent a pris verbalement l’engagement de surseoir à ce projet et d’engager une étude sur l’organisation et les moyens les plus adéquats pour assurer une présence et une qualité de service de l’Inspection du travail sur nos territoires.
Refusant de nous remettre immédiatement cet engagement par écrit, elle s’est engagée à le transmettre par courrier dès ce soir. (voir courrier joint transmis par mail)

Comme nous pouvions nous y attendre, il s’agit d’un simple sursis, l’étude annoncée laissant planer le risque de reprise du projet de regroupement des agents sur Valenciennes.

Nous considérons donc que le résultat de cette journée d’action est très positif en ce sens qu’il marque un coup d’arrêt au projet de fermeture des antennes de Maubeuge et Cambrai.
Un pas a été fait mais la bataille n’est pas gagnée et la vigilance et l’action restent d’actualité pour marquer notre détermination à obtenir l’abandon pur et simple de ce projet.

C’est pourquoi, la CGT maintient son plan d’action dont la prochaine étape sera la journée du 11 mars 2014 où des mobilisations locales notamment sur les sites de Maubeuge, Cambrai, Valenciennes seront organisées en convergence.

Nous vous en tiendrons informés en temps voulu.

UL CGT Maubeuge

Publié dans HISTOIRE, LIBERTE, LOCALE, NATIONALE, POLITIQUE, RENDEZ-VOUS, SERVICES PUBLICS, SYNDICATS | Pas de Commentaire »

Maroc – Communiqué de soutien des détenu(e)s politiques grévistes de la faim

Posté par pcfmaubeuge le 15 février 2014

Mouvement VDB (Voix Démocratique Basiste) VD (Voix Démocratique) des camarades Marxistes-léninistes – Maroc – section Tanger

Communiqué de soutien des détenu(es) politiques grévistes de la faim

1903330_593079810769031_9098009_n

Dans le combat pour un Maroc démocratique et équitable, les détenus politiques, hommes et femmes, sont en première ligne.

Ils subissent de plein fouet la répression, l’injustice, les mille et une techniques utilisées pour briser leur volonté de lutte.

Leurs familles, plongées dans l’angoisse, sont prises en otages par le régime.

La prison est le lieu de toutes les souffrances, mais c’est aussi l’enclume sur laquelle se forge le Maroc de demain.

Parrainer un ou une prisonnière politique représente un geste de solidarité élémentaire auquel nul ne doit se dérober :

  • C’est briser la solitude que peut ressentir celui ou celle qu’on parraine.
  • C’est réconforter les familles.
  • C’est aussi et surtout démontrer au pouvoir que ses victimes ne sont pas à sa merci, ignorées du monde extérieur, livrées à sa vindicte

Plus nombreux nous serons à parrainer les détenus politiques au Maroc, plus ils se sentiront soutenus dans leur lutte pour un autre Maroc, un Maroc des libertés et des droits de l’Homme.

Plus les autorités marocaines seront interpellées par la communauté internationale, plus elles réfléchiront à deux fois avant d’emprisonner quelqu’un pour ses opinions.

« La détention politique a nettement augmentée depuis le 20 février 2011. Pas seulement la détention, mais la répression aussi », regrette l’avocat Mohamed Messaoudi, un habitué des procès politiques. Il estime qu’au moins 2 000 personnes auraient été arrêtées depuis le début des protestations.

L’an dernier, le Maroc comptait 240 détenus politiques et d’opinion, d’après l’Association marocaine des droits humains (AMDH). Parmi eux, 70 militants du Mouvement 20-Février.

Parallèlement aux promesses de démocratie du pouvoir, annoncées par le discours royal du 9 mars 2011 et traduites par une nouvelle constitution et des élections anticipées, une nouvelle vague de détention a bel et bien commencé en 2011.

Chacun a sa définition de ce qu’est un détenu politique.

1624835_593079917435687_1511054747_nLa loi ne reconnaît pas une catégorie de détenus qu’on appelle détenus politiques. Mais lorsque l’on regarde le fond des choses, on voit que c’est un détenu qui a pris part à une manifestation ou un opposant et nos camarades à Meknes, Fes, Taza … Marrakech… On voit que ce sont des conditions inhumaines organisées exprès par l’État marocain responsable de cette situation critique, surtout que la plupart des grévistes de la faim sont tombés malade suite à leur brave lutte de grève de la faim… plusieurs centaines de personnes ont manifesté avant-hier à Rabat et à Casablanca pour demander la libération de tous les détenus politiques.

Ces manifestations, qui se sont déroulées sous forte présence policière, n’ont donné lieu à aucune violence. Les manifestants étaient pour la plupart des militants du Mouvement du 20 février qui revendique des réformes politiques profondes et une plus grande justice sociale depuis 2011.

Selon l’Association marocaine des droits humains (AMDH), près de 70 militants de ce Mouvement sont détenus dans diverses villes du royaume.

Nous déclarons notre solidarité avec les détenu(es) politiques et avec les mouvements Libéraliste et Lumineuse, notre soutien à Georges Abdellah, aux travailleur et travailleuses licencié(e)s à Warzazat et dans d’autres régions.

Nous réclamons aux camarades d’esprit militant et vivant, de soutenir nos camarades par tout moyen possible.

Vive la lutte du peuple Marocain
Vive la lutte des peuples opprimés
Vive le marxisme léninisme comme idéologie de la classe ouvrière

Comité de Soutien -Section Tanger

Communiqué à télécharger
fichier pdf Soutien aux grèves de la faim

Publié dans HISTOIRE, INTERNATIONALE, JEUNES, LIBERTE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Nous ne nous reconnaissons pas…

Posté par pcfmaubeuge le 14 février 2014

Chers amis,

Nous vous demandons de signer et de soumettre à la signature populaire cet appel « Nous ne nous reconnaissons pas…« 

Signez et diffusez massivement

Au moment où, dans nos pays d’origine, les luttes pour la dignité, la liberté et l’égalité font rage, nous assistons en France à un déferlement de forces conservatrices et réactionnaires porteuses d’inégalité :

  • Inégalité revendiquée entre femmes et hommes, sous couvert de défendre des différences entre sexes qui seraient soi-disant menacées ;
  • Inégalité entre homosexuels et hétérosexuels, avec la remise en cause de la loi sur le mariage pour tous ;
  • Inégalité entre les « races », dont le mot retrouve droit de cité : une ministre noire traitée de guenon, des propos racistes criés en pleine rue et, qui plus est, par des enfants ainsi instrumentalisés.

Or, nous ne voulons pas de cela pour nos enfants.

Lors de la « Manif pour tous » du dimanche 2 février 2014, une banderole écrite en arabe et en français affichait « Les Français musulmans disent non au mariage homosexuel ».

Que certains se retrouvent dans ce slogan et affichent leurs penchants réactionnaires, cela ne nous étonne guère et c’est leur choix. Mais, pour notre part, nous ne nous reconnaissons :

  • Ni dans ce slogan, nous qui luttons, ici et là-bas, contre la marginalisation et la stigmatisation des homosexuels ;
  • Ni dans les délires de la prétendue menace d’indifférenciation entre les sexes à l’occasion des « ABCD de l’égalité » expérimentés dans les écoles, nous qui devons sans relâche défendre, ici et là-bas, l’égalité des droits entre femmes et hommes ;
  • Ni dans les propos racistes ou complotistes – que ce complot soit fantasmé comme celui des « arabes », des « musulmans », ou comme celui des « juifs » –, nous qui avons eu à affronter le fantasme de complot de « l’Occident » pour défendre dans nos pays d’origine la liberté de conscience, qui ne peut aller sans la sécularisation du droit.

Notre mémoire est celle des luttes d’indépendance pour l’égalité entre les peuples, des luttes sociales des années 1970 revendiquant « à travail égal salaire égal », des mouvements comme « La marche de l’égalité et contre le racisme » de 1983, des associations de soutien aux luttes de femmes dans les pays du Maghreb.

C’est au nom de cette mémoire que nous rejoignons, ici et là-bas, les forces qui se battent contre toutes les inégalités et pour les libertés.

Signez et diffusez l’appel http://mfm2014.wesign.it/fr dans votre entourage et dans les réseaux.

Bonne journée

Publié dans CHANGER LA SOCIETE, CULTURE, EGALITE, HISTOIRE, LIBERTE, POLITIQUE | 2 Commentaires »

APPEL Femmes solidaires

Posté par pcfmaubeuge le 1 février 2014

IVG
fichier pdf tract IVG

Publié dans EGALITE, FEMMES, HISTOIRE, INTERNATIONALE, NATIONALE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

12345...19
 

Les Enragés d'Aurillac |
LES MESSAGERS DU RDR |
LIVRY SUR SEINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog des idées non-reçue...
| MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...