8 mars, communiqué Femmes Solidaires

Posté par pcfmaubeuge le 7 mars 2014

comm femmes solidaires

Communiqué à télécharger   fichier pdf cp 8 mars 2014

Publié dans EGALITE, FEMMES, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Ce que nous voulons, c’est l’égalité

Posté par pcfmaubeuge le 7 mars 2014

-

TOUTES ET TOUS LE SAMEDI 8 MARS

14H30 DE BASTILLE A RICHELIEU DROUOT
-

Pour lire, clic sur images
8mars2014_1  8mars2014_2

Tract à télécharger   fichier pdf cndf8mars-2

Publié dans EGALITE, FEMMES, RENDEZ-VOUS | Pas de Commentaire »

Égalité femmes/hommes

Posté par pcfmaubeuge le 7 mars 2014

égalitéFEMMES

Argumentaire à télécharger   fichier pdf Argumentaire femmes HD

Publié dans CULTURE, FEMMES, HISTOIRE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Sursaut politique à gauche ?

Posté par pcfmaubeuge le 7 mars 2014

Dans la presse

Politique – Sursaut politique à gauche ? dans ELECTIONS humanite le 4 Mars 2014

PCF

Sursaut politique à gauche ?

Front unitaire contre le pacte de responsabilité, ambitions pour les élections municipales et européennes… Pierre Laurent a précisé hier la feuille de route du PCF face à ces échéances majeures.

Et si la surprise politique des mois à venir se trouvait du côté du Front de gauche ? « Aux européennes, la gauche anti-austérité peut être en tête de plusieurs grandes circonscriptions », affirmait hier le secrétaire national du PCF lors d’une conférence de presse place du Colonel-Fabien. Un pari culotté au moment où la plupart des grands médias prédisent en chœur l’ascension inexorable de l’extrême droite de Marine Le Pen, et où le Front de gauche n’a jamais semblé si mal en point depuis sa création, en 2009. « Je crois pouvoir affirmer aujourd’hui que les conditions sont désormais créées pour que le Front de gauche parte en campagne pour les européennes immédiatement au lendemain des municipales. C’est une très bonne nouvelle pour les batailles que nous avons à mener », a assuré Pierre Laurent. Ce qui n’était pas gagné il y a encore quelques semaines, la coalition restant jusqu’à présent paralysée par ses différences stratégiques sur les municipales. « En appelant dans un même mouvement les Français à dire oui à une ­Europe de la solidarité et à une France qui s’engage de tout son poids dans cette refondation de l’Europe, nous pouvons mettre la gauche anti-austérité le plus haut possible, et même en tête dans plusieurs grandes circonscriptions de la métropole », a-t-il précisé, encouragé par les perspectives d’une progression significative des gauches européennes dans leur ensemble. Ce sera l’ambition portée par la marche contre l’austérité prévue le 12 avril, boostée par le soutien à la candidature d’Alexis Tsipras à la présidence de la Commission européenne.

C’est dans le même état d’esprit que le Front de gauche et d’autres organisations doivent se rencontrer ce soir pour trouver les formes de mobilisations indispensables « pour mettre en échec le pacte de responsabilité du gouvernement », a indiqué par ailleurs le sénateur de Paris, qui estime « qu’il existe désormais des oppositions massives dans le monde syndical, associatif, mais aussi chez Europe Écologie-les Verts et à la gauche du PS ». Fustigeant l’attitude du Medef dans le « jeu de dupes » du pacte de responsabilité, Pierre Laurent a rappelé que la seule « contrepartie » qui existe aujourd’hui concerne le plan de réduction des dépenses publiques à hauteur de 50 milliards d’euros. « C’est pour cela, a-t-il rappelé, que nous n’avons qu’une seule et unique feuille de route : combattre les politiques d’austérité en France et en Europe et unir pour des alternatives de gauche. » Et d’ajouter : « Pour les municipales, l’enjeu est maintenant clair en ce qui nous concerne : il s’agit de savoir si le pays et nos communes vont se doter du réseau le plus dense possible d’élus engagés contre les politiques d’austérité. » Les ­communistes présentent des candidats sur plus de 7 500  listes dans des communes de plus de 1 000 habitants et ambitionnent d’augmenter leur nombre d’élus, qui est aujourd’hui de 10 000.

Appel à la mobilisation

À Calais, Sète, La Ciotat ou encore Sartène, le Front de gauche serait en situation de conquête face à la droite. « Les millions de personnes qui souffrent des politiques d’austérité vont avoir besoin d’élus à leurs côtés », assure Pierre Laurent, qui appelle, à trois semaines du premier tour des élections municipales, les électeurs de gauche « à se mobiliser massivement pour envoyer dans les urnes ce message : non à l’austérité, oui à des communes piliers de la République, de véritables boucliers sociaux ». Le secrétaire national du PCF a également renouvelé son appel au retrait des listes présentées par le ­Parti socialiste contre les maires communistes sortants, comme c’est le cas à Saint-Ouen et Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), mais aussi à Gardanne (Bouches-du-Rhône), Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne) ou encore à Vaulx-en-Velin (Rhône) et Chevilly-Larue (Val-de-Marne).

Maud Vergnol

Publié dans ELECTIONS, EUROPEENNE, NATIONALE, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

M’PEP – Urgence Ukraine – Jacques Sapir

Posté par pcfmaubeuge le 6 mars 2014

Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP)

Texte de Jacques Sapir, directeur de recherches à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), diffusé par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 5 mars 2014.

Le M’PEP partage l’essentiel de l’analyse de Jacques Sapir présentée ci-dessous.

URGENCE UKRAINE

Texte de Jacques Sapir, directeur de recherches à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), diffusé par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

Le 5 mars 2014.

Le M’PEP partage l’essentiel de l’analyse de Jacques Sapir présentée ci-dessous.

1.- Le mouvement de contestation du pouvoir du Président Ianoukovitch, mouvement dont la base était une révolte contre la corruption bien plus qu’une volonté d’adhésion à l’Union européenne, a été débordé par des éléments ultra-nationalistes, dont certains appartiennent à des groupuscules fascisants. Ces éléments ont délibérément cherché l’affrontement, en tirant sur les forces de sécurité, faisant prendre des risques inconsidérés aux autres manifestants qui étaient pris en otage. Ces militants portent une large part de responsabilité dans les morts de la place Maidan. Leur nombre oscille entre 10 000 et 20 000 ; ils étaient minoritaires dans le mouvement de protestation, mais ils sont devenus politiquement dominants au fur et à mesure que la situation se dégradait et que montait la violence des affrontements. Ce sont eux qui ont cherché à prendre d’assaut le Parlement, provoquant la réaction des forces de sécurité, et déclenchant la séquence des événements qui a conduit à la fuite de Ianoukovitch.

2.- Il faut ici rappeler que le Président et le Parlement ont été régulièrement élus. Mais, ces élections (2010) avaient permis de mesurer combien la politique ukrainienne était marquée par une division entre des populations russes (et russophones) regroupées à l’Est du pays et des populations ukrainophonnes, dont une partie habite les régions qui, avant 1914, étaient soit dans l’empire Austro-Hongrois soit étaient en Pologne. L’Ukraine est un pays neuf, dont l’existence est fragilisée par ces divisions. Ces dernières ont été renforcées par les évolutions économiques de ces dix dernières années, qui ont vu les relations avec la Russie se développer rapidement. L’Ukraine de l’Est, russophone, vit mieux que l’Ukraine de l’Ouest. Pour cette dernière, l’Union européenne représente un pôle d’attraction important, même s’il est probablement imaginaire compte tenu de la situation économique actuelle de l’UE.

3.- Le pouvoir légal a lui aussi une part de responsabilité dans ces événements tragiques, que ce soit par un usage disproportionné de la force au début des manifestations, ou par ses hésitations par la suite qui ont démoralisé une bonne part de ses soutiens. Il a été incapable de s’opposer à une logique minoritaire, qui s’est exprimée même au Parlement lors du vote, au début du mois de février, de la loi supprimant le statut de langue officielle au russe (à côté de l’ukrainien). Ce vote apparaît aujourd’hui comme un tournant symbolique car il a fait basculer l’affrontement d’une logique de lutte pour la démocratie et contre la corruption à une logique nationaliste-ethniciste. Les populations tant russes que russophones des régions de l’Est de l’Ukraine et de la Crimée n’ont pu qu’être légitimement inquiètes de la rupture du pacte sur lequel était fondé l’Ukraine indépendante depuis 1991.

4.- Mais, l’opposition légale a aussi une part de responsabilité en particulier dans son incapacité à faire respecter les accords signés avec le Président. Elle s’est laissée déborder par les groupes ultra-nationalistes et n’a pu ni su les reprendre en main. Elle s’est aussi bercée d’illusion sur le soutien que les pays de l’Union européenne pourraient lui apporter.

5.- À la suite des événements tragiques de fin février s’est donc mis en place un pouvoir de fait à Kiev, provoquant un effondrement de la légitimité de l’État ukrainien. La dissolution d’unités de la police, qui n’avaient fait qu’obéir aux ordres, a provoqué une profonde inquiétude dans les régions de l’Est. Ce à quoi on assiste depuis le 28 février, soit la prise du pouvoir par des groupes pro-russes en Crimée, à Kharkov, à Donetsk et même à Odessa, n’est que la suite logique du basculement d’une lutte pour la démocratie et contre la corruption vers un affrontement ethnique. C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’intervention militaire de la Russie qui est en cours. Il faut ici ajouter qu’il y a en Ukraine pas moins de 17 réacteurs nucléaires et de nombreux centres de stockage de matériaux fissiles, ce qui représente un autre danger pour la sécurité de la région toute entière.

6.- Personne, dans ces conditions, n’a intérêt, sauf les groupes extrémistes, à une partition de l’Ukraine. Ce n’est pas dans l’intérêt de la Russie, qui certes y gagnerait ce qu’elle possède de facto déjà, soit l’industrie ukrainienne, mais qui verrait alors se profiler une longue période d’affrontements avec l’UE et les États-Unis. Ce n’est pas non plus l’intérêt de l’UE, car il lui faudrait porter littéralement à bout de bras l’Ukraine occidentale (et la moitié de la population). Le coût économique serait élevé dans une situation où plus personne ne veut payer pour autrui. Il serait aussi répété sur de nombreuses années, car l’on voit mal comment la situation de l’Ukraine occidentale pourrait s’améliorer à court terme. Les conséquences financières seraient aussi importantes, car les banques européennes, et en particulier autrichiennes, sont lourdement exposées au risque ukrainien. De plus, l’UE pourrait être tenue pour responsable de la situation en Ukraine centrale et occidentale et, avec la montée rapide d’un désenchantement qui n’est hélas que trop probable, elle devrait affronter la montée de sentiments pro-russes dans cette population.

7.- Il faut donc aujourd’hui que les dirigeants de l’UE et les dirigeants russes se rencontrent d’urgence et établissent une feuille de route pour une fédéralisation de l’Ukraine, mais maintenant son intégrité territoriale. Des garanties doivent être apportées à la population russophone, et les groupes ultra-nationalistes doivent être d’urgence désarmés et réduits à l’impuissance. L’Ukraine peut vivre comme une Nation souveraine, mais à la condition de trouver les formes de son intégration économique. Or, aujourd’hui, seule la Russie et l’Union eurasienne sont en mesure de fournir un véritable moteur au développement du pays. L’Union européenne doit cesser de penser que la Russie financera une Ukraine hostile. La Russie doit pour sa part comprendre le tropisme politique et culturel vers l’Europe d’une partie de la population ukrainienne. Les conditions d’un accord permettant au pays de retrouver sa stabilité sont possibles. Elles correspondent aux intérêts tant de l’UE que de la Russie. Il faut espérer que l’idéologie de l’affrontement ne l’emportera pas et que la raison triomphera.

Publié dans CULTURE, EUROPEENNE, HISTOIRE, INTERNATIONALE, MONTEE FASCISME, POLITIQUE | Pas de Commentaire »

Interpellation de Rémi Pauvros sur la situation en Ukraine

Posté par pcfmaubeuge le 3 mars 2014

      1_pcf maubeuge
Section Sambre-Bavaisis

Parti Communiste Français
125, Rue d’Hautmont
59 600 MAUBEUGE

xavier.dubois2@gmail.com
06 30 04 16 02

Maubeuge, 28 février 2014

Monsieur Rémi Pauvros
Président du groupe d’amitié parlementaire France-Ukraine Député du Nord

-

Monsieur le Député,

La situation en Ukraine soulève une vive inquiétude dans les rangs du Parti Communiste Français.

Un certain nombre d’ukrainiens se sont manifestés dans la rue parce qu’ils aspirent à plus de démocratie et de prospérité. Leurs revendications étaient légitimes.

Hélas, il apparaît clairement qu’une partie importante de ces manifestations est  récupérée par la droite la plus extrême, anticommuniste, antisémite et antirussophone.

Sur le fond, la question du rapprochement avec l’Union européenne ou avec la Russie est une question sur laquelle la France n’a pas à intervenir. Avec le Parti Communiste Ukrainien (KPU), qui pèse près de 15% des voix, nous soutenons le principe de la consultation populaire par referendum.

Cependant, nous sommes ulcérés par les dernières nouvelles depuis le coup d’État de l’opposition :

  • vandalisme du patrimoine ukrainien de l’époque soviétique, même si dans beaucoup de villes, notamment à l’est et en Crimée, des milices populaires montent la garde.
  • exhibition de symboles fascistes par des dirigeants des partis Svoboda (portrait de Stephan Bandera, dictateur ukrainien pronazi pendant la guerre, sur la façade de l’Hôtel de ville de Lvov)
  • menaces contre les militants et dirigeants communistes  (la maison du secrétaire général a été incendiée et sa famille menacée, passage à tabac du responsable du Parti à Lvov)
  • interdiction du Parti Communiste, ainsi que du Parti des Régions, dans certains régions tenues par l’opposition, dépôt d’une loi par les députés putschistes pour l’interdire dans tout le pays
  • propos intimidants contre les juifs et les immigrés de la part des dirigeants du parti Svoboda et du groupe néofasciste Praviy Sektor. Le grand rabbin d’Ukraine a d’ailleurs appelé les juifs ukrainiens à quitter Kiev.

Tout cela menace évidemment l’intégrité territoriale ukrainienne. La Crimée déjà annonce la possibilité d’une sécession.

Les médias se taisent et les pays occidentaux ne semblent pas s’émouvoir  de la situation. C’est avec soulagement que nous avons vu certains représentants du Parti Socialiste Européen condamner la tentative d’interdiction du KPU, mais la France doit agir vite sur le plan institutionnel.

Je vous demande de bien vouloir, en tant que président du comité d’amitié parlementaire franco-ukrainien, tout mettre en œuvre pour que la France intervienne contre les menaces d’interdiction du KPU. Par ailleurs, il me semblerait légitime d’étudier l’éventualité de l’accueil de réfugiés politiques venus d’Ukraine (familles juives et communistes).

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Député, mes meilleures salutations progressistes,

 Le co-secrétaire,
Xavier DUBOIS

RÉPONSE de Rémi Pauvros sur la situation en Ukraine

Clic sur images

Scan0017Scan0018

Publié dans INTERNATIONALE, MONTEE FASCISME, POLITIQUE | 4 Commentaires »

Municipales 23 mars et 30 mars – Européennes 25 mai

Posté par pcfmaubeuge le 28 février 2014

Chers amis, chers camarades,

Les élections municipales et européennes arrivent à grands pas.

Si vous n’êtes pas disponibles les 23 mars, 30 mars ou 25 mai, et que vous souhaitez donner procuration à un électeur de confiance, le PCF peut vous diriger vers un militant de votre quartier.

Vous pouvez nous contacter au 06 30 04 16 02 ou par mail : xavier.dubois2@gmail.com.

Si vous êtes présents mais que vous ne pouvez pas vous déplacer, nous pouvons aussi étudier le possibilités de vous conduire à votre bureau de vote.

Bien cordialement,
les militants communistes de Maubeuge

Publié dans ELECTIONS, EUROPEENNE, LOCALE, POLITIQUE | 1 Commentaire »

12345...438
 

Les Enragés d'Aurillac |
LES MESSAGERS DU RDR |
LIVRY SUR SEINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog des idées non-reçue...
| MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...