• Accueil
  • > Recherche : pcf place publique

Résultats de votre recherche

Un plan d’urgence pour combattre la crise

Posté par pcfmaubeuge le 16 janvier 2009

PCDF – Mis en ligne : 16 janvier

Cela fait maintenant trois mois que Nicolas Sarkozy prétend combattre la crise,planrelance.jpg
et même refonder le capitalisme, et cela fait trois mois que les conséquences
de la
crise s’aggravent de jour en jour, que les vagues de licenciement déferlent,
que le pouvoir d’achat dégringole.
Les annonces gouvernementales ne sont susceptibles
ni de prévenir les conséquences à venir de la crise, ni de traiter ses racines
(428 milliards au total, pas mal pour un pays dont les caisses étaient soit disant vides)
…. Dans ces conditions, l’échec d’hier sera celui de demain

Les propositions PCF pour combattre la crise 

  • Sécuriser l’emploi

  • Relever fortement le pouvoir d’achat populaire 

  • Relancer l’investissement

  • Contrôler et réorienter l’utilisation des 360 milliards du plan d’aide aux banques

Première urgence : sécuriser l’emploi

Ce n’est pas aux salariés de payer la crise des marchés financiers ! Les actionnaires veulent éponger leurs pertes et redresser au plus vite leurs rendements en licenciant, en écrasant le pouvoir d’achat, et en empochant les aides publiques… C’est au contraire à eux de mettre la main à la poche. Il faut mettre à contribution les profits et les dividendes, et mettre sous protection les salaires et l’emploi. Ne pas le faire, c’est handicaper encore toute possibilité de relance, car c’est l’emploi et non les dividendes qui crée la richesse.

Nous proposons donc :

  • la suspension immédiate de tous les projets de suppressions d’emplois.
  • la convocation, là où des problèmes se posent, de tables rondes quadripartites directions d’entreprises-Etat-élus-syndicats pour examiner des solutions alternatives aux politiques actuelles de réduction d’emplois ou de chômage technique. Les contre-propositions issues de ces tables rondes devraient être examinées prioritairement par les banques et les pouvoirs publics dans le cadre de l’utilisation des 428 milliards d’euros dégagés au nom de la relance.
  • la mise à contribution des profits, des dividendes versés aux actionnaires, et la réduction des intérêts payés aux banques avant toute autre mesure. C’est le sens de la proposition de loi Bocquet déposée au Parlement.
  • l’utilisation de crédit à taux zéro pour les PME en cas de rupture de trésorerie sous condition de renoncement aux suppressions d’emploi.
    des mesures de taxation dissuasive et de conditionnement des aides doivent être également mises en place contre les politiques de délocalisation.

Seconde urgence : relever fortement le pouvoir d’achat populaire

Un relèvement conséquent des salaires, des retraites et des minima sociaux est le plus sûr moyen de la relance du pouvoir d’achat et du soutien à la consommation et à la demande.

Nous proposons donc :

  • le relèvement immédiat du SMIC, des traitements de la fonction publique, du minimum vieillesse et des minimas sociaux.
  • la convocation dans le premier trimestre 2009 d’une conférence nationale sur les salaires et le pouvoir d’achat, donnant le signal de négociations généralisées sur la revalorisation des salaires et des qualifications.
  • une baisse significative de la TVA sur les produits de première nécessité et sur les transports.

Troisième urgence : relancer l’investissement

L’investissement public, en premier lieu…
En finir avec les politiques d’écrasement des dépenses publiques et sociales aurait le double mérite de répondre à des besoins criants et de créer les conditions d’une relance intérieure saine.

Cela nécessite pour commencer : 

  • l’annulation des programmes massifs de suppression d’emplois publics et de rationnement des budgets publics, notamment dans l’éducation et la santé, qui devraient au contraire être des priorités en temps de crise .
  • L’abandon des critères d’austérité du pacte de stabilité et la demande par la France de la renégociation en lieu et place de ce pacte d’un pacte européen pour l’emploi et la croissance.

Nous proposons également sans attendre :

  • Le lancement d’un plan national d’investissement dans la santé, dont la situation hospitalière révèle l’urgence absolue, comprenant notamment un plan d’urgence emploi-formation pour pallier le déficit criant de personnels.
  • Un plan pluriannuel de construction de logements publics, à loyers modérés, au rythme de 180.000 par an pendant cinq ans pour résorber le déficit accumulé par rapport aux besoins.
  • La modernisation du transport ferroviaire, en particulier le lancement d’un plan fret ambitieux , indispensable au plan économique comme au plan écologique.
  • La relance d’une grande politique publique de la recherche, à l’inverse du démantèlement actuel.

Cette mobilisation publique nécessite l’adoption de premières mesures fortes engageant la réorientation de la fiscalité avec notamment :

  • L’annulation du paquet fiscal de l’été 2007. La modulation immédiate de l’impôt sur les sociétés pour pénaliser les entreprises qui continuerait à donner la priorité aux rendements financiers sur la préservation et la création de l’emploi.
  • La baisse de la TVA sur les produits de première nécessité.

Enfin, il convient de mettre en, œuvre au plus vite un plan d’aide exceptionnelle aux collectivités locales, dont l’activité est un élément essentiel de l’économie nationale, et dont l’asphyxie serait une catastrophe, avec notamment le remboursement immédiat de la TVA, la compensation des transferts et une réforme de la taxe professionnelle qui, à l’inverse de la suppression programmée par le gouvernement, dote les collectivités de ressources nouvelles.

L’investissement privé dans l’industrie et les services, ensuite.

Alors que des moyens d’intervention publique massifs ont été dégagés, 320 milliards pour le plan de refinancement bancaire, 40 milliards pour doter la Société de prise de participation de l’Etat, et 20 milliards pour le Fonds stratégique d’Investissement, cet argent doit servir une forte relance de l’Industrie et des services. Les vagues de licenciement massifs actuelles sont d’autant plus inacceptables que les grands groupes maintiennent des niveaux records de taux de profits (99 milliards de profits pour les groupes du CAC 40 en 2007 et 50 milliards de dividendes distribués).

Nous proposons notamment :

  • une mobilisation nationale pour la filière automobile, et la mise en place d’une charte pour une industrie automobile durable et créatrice d’emplois en Europe, permettant notamment une lutte efficace contre les politiques de délocalisations et de dumping social et salarial des constructeurs.
  • la relance, en lien avec l’effort de construction et de rénovation de logements sociaux, de toute la filière de la construction et du bâtiment. Pour soutenir cette relance du logement social, L’ensemble de l’épargne populaire (Livret A, Livret B, Livret Bleu, LDD [ex Codevi] et LEP) doit être à nouveau intégralement centralisée par la Caisse des dépôts et consignation. Livrer ces ressources, après la crise, aux critères laissés intacts du système bancaire et financier est une aberration. Ce plan de relance public du logement doit notamment accompagner par des prêts bonifiés un plan de réhabilitation pour mise aux normes énergétiques, notamment du patrimoine HLM. Générateur d’emplois, il peut permettre aux organismes HLM et aux collectivités de mettre en place des conventions d’utilité sociale avec les entreprises du BTP assurant un emploi local rendu notamment possible par un plan de formation aux métiers du bâtiment.
  • un plan de soutien aux PME, avec notamment l’utilisation de crédit à taux zéro en cas de rupture de trésorerie en contrepartie du renoncement aux suppressions d’emplois.

Quatrième urgence : contrôler et réorienter l’utilisation des 360 milliards du plan d’aide aux banques

Nous avons avancé de nombreuses propositions à l’automne, dont celles, essentielles et pleinement d’actualité :

  • de la constitution d’un pôle public et financier, à partir de la Banque Postale, d’Oséo, de la CDC, des caisses d’Epargne et de nouveaux outils d’intervention publiques crées par le gouvernement comme la Société de Prise de Participation de l’Etat qui agit aujourd’hui sans contrôle transparent.
  • d’une refondation des missions et du rôle de la Banque Centrale Européenne, dont nous entendons faire une proposition forte dans le cadre de la batille des prochaines élections européennes, d’autant que la fable de l’indépendance de la BCE à l’égard des gouvernements vient de voler en éclat à la faveur de la crise financière.

Nous voulons aujourd’hui attirer l’attention sur les pouvoirs d’intervention nouveaux qui doivent être créés à tous les niveaux pour les salariés, les syndicats, les élus, les populations. Cela doit en particulier les critères d’utilisation des 360 milliards de crédits ouverts aux banques.

Nous proposons donc la création de cellules de crise ou de commissions transparentes, ouvertes aux élus et aux syndicats, dans les départements ou les bassins d’emplois, pour contrôler et batailler sur l’utilisation des milliards d’euros dégagés au nom de plan de relance.

Dans le cadre de nos journées de mobilisation en janvier et par la suite, nous envisageons de saisir à ce propos les préfets et le médiateur du crédit nommé par le gouvernement.

La bataille pour savoir comment est utilisé l’argent du plan de relance et avec quels critères doit devenir une grande bataille publique

Publié dans CHANGER LA SOCIETE, NATIONALE | Pas de Commentaires »

NON à la monarchie mEdiatique

Posté par pcfmaubeuge le 14 janvier 2009

Au Fil de L’Humanité - 14 janvier 09

PLUS DE 70% DES FRANÇAIS SONT OPPOSÉS À LA NOMINATION DU PRÉSIDENT DE FRANCE TÉLÉVISIONS PAR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Ils ont été sondés, ils ont donné leur opinion, mais on s’en fout !

Pour exprimer votre ras-le-bol de cet énième déni de démocratie fomenté par le roitelet et sa clique, le Rassemblement pour la démocratie à la télévision (RDT) vous propose d’utiliser le logo ci-dessous.

tele31.jpg

Il peut être mis sur les sites, blogs, courriels et peut également vous être adressé gracieusement sous forme de petites étiquettes adhésives, à coller, par exemple, au dos de vos envois postaux.
Ce sont des gestes simples, symboliques, qui, en faisant boule de neige, démontreront la force de la protestation démocratique.

En ce début d’année, d’autres bonnes résolutions sont possibles : boycotter les prestations médiatiques des présidents (de France Télévision et de la République), zapper les chaînes privées bénéficiant de la nouvelle manne publicitaire « made in Elysée », soutenir les journalistes en grève contre la mise en place de l’ORTS…

Et surtout : participer, le 29 janvier prochain, à la journée de manifestations et de grève générale lancée par l’ensemble des confédérations syndicales.
Cessons de subir et de nous appauvrir !
Faisons de 2009 une année neuve !

Publié dans CHANGER LA SOCIETE, LIBERTE, NATIONALE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaires »

La Poste, ce n’est pas une entreprise comme une autre !

Posté par pcfmaubeuge le 24 décembre 2008

images821.jpgLu dans l’Humanité

Mobilisation d’ampleur pour garder La Poste publique 

Gauche et syndicats promettent une mobilisation historique pour garder l’entreprise publique, à l’heure où Nicolas Sarkozy en annonce la privatisation rampante.
Notre décryptage du projet, issu du rapport Ailleret. « Nicolas Sarkozy a pioché dans le rapport Ailleret l’habillage du moment pour préparer ce qui a toujours été prévu par la droite : la privatisation future de La Poste », a affirmé le député PS François Brottes, membre de la commission pour le développement de La Poste. Son homologue communiste, Daniel Paul, a claqué la porte de la commission…

« Mobilisation historique »

« Nous promettons à Nicolas Sarkozy une mobilisation historique. La Poste est un patrimoine national de nos villes et de nos campagnes que Nicolas Sarkozy s’apprête à brader », a déclaré Razzy Hammadi, secrétaire national PS en charge des services publics. Pour les Verts, Cécile Duflot, secrétaire nationale du parti écologiste, a dénoncé une « nouvelle déclaration de guerre contre le service public, menée par Nicolas Sarkozy, le plus grand dérégulateur de France ». Après « l’étape de la transformation en société anonyme » viendra celle de « l’ouverture aux capitaux privés. Le processus se terminera par une privatisation totale ». Le député PCF Daniel Paul, membre démissionnaire de la commission pour le développement de La Poste, confirme qu’il s’agit bien d’une ouverture de capital. « Le loup s’introduit dans la bergerie », dit-il. Alors que « La Poste, ce n’est pas une entreprise comme une autre. Le jour où des intérêt privés rentreront dans le capital de La Poste, il est clair qu’un certain nombre de missions de service public risquent d’être abandonnées ».

Lire la suite… »

Publié dans ENTREPRISES, LA POSTE, LUTTES, NATIONALE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaires »

La poste : le numéro de bonneteau de Nicolas Sarkozy ne trompe personne

Posté par pcfmaubeuge le 19 décembre 2008

laposte.jpg

 Parti communiste français – Vendredi 19 décembre 2008

Nicolas Sarkozy a annoncé hier le changement de statut de la poste en société anonyme, tout en précisant que celle-ci resterai financée par des fonds publics. Son annonce soudaine brûle ainsi la politesse aux organisations politiques, syndicales et associatives invitées ce soir à l’élysée. Quelle piètre image donnée au dialogue social par le chef de l’Etat lui-même !

Face à la crise financière qui décrédibilise de fait le recours aux marchés financier, le président de la république continue dans son objectif de privatisation contre toute raison. En promettant de solliciter les seuls capitaux publiques, qui Nicolas Sarkozy croit-il tromper ? Chacun sait qu’une fois le changement de statut effectué, tous les outils juridiques seront en place pour livrer le secteur public préféré des français aux appétits voraces des financiers.

Ce numéro de bonneteau ne trompe personne. Au coté des usagers et du personnel, le PCF est déterminer à faire capoter cette nouvelle manœuvre qui n’a qu’un but : mettre fin au service public postal. La poste doit rester et restera un service public.

Publié dans ENTREPRISES, LA POSTE, NATIONALE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaires »

Sécurité sociale solidaire

Posté par pcfmaubeuge le 8 décembre 2008

man02.pngman02.pngman02.pngman02.png

Pour le maintien d’une sécurité sociale, basée sur les valeurs de 1945

Réunion publique, mercredi 17 décembre 2008 à 19 H
au Centre Administratif d’Aulnoye-Aymeries – 2ème étage – salle de conférence – Place Dr Gersant – 59620 Alnoye-Aymeries

ASSURANCE SANTE CAPITALISTE   NON !  -  SECU SOLIDAIRE  OUI !

l’affiche est au bout du clic Sécurité sociale solidaire dans RENDEZ-VOUS pdf sante17decembreaulnoye1.pdf

Publié dans RENDEZ-VOUS, SECURITE SOCIALE, SERVICES PUBLICS | Pas de Commentaires »

Crise financière : réponses françaises, réponses américaines

Posté par pcfmaubeuge le 26 septembre 2008

sarkoonu23sept200821.jpg     lu dans alternatives économiques, Christian Chavagneux – 24 sept. 08 (lien colonnne gauche du blog)   

Le chef de l’Etat appelle haut et fort à la tribune de l’ONU à punir les responsables du désastre qui frappe les marchés financiers. L’intention est louable, mais sera-t-elle suivie des actes ? Pour l’heure, si on regarde les propositions concrètes, la qualité des réactions américaines tranche nettement avec les déclarations générales de Jean-Claude Trichet, le patron de la Banque centrale européenne, et celles de Nicolas Sarkozy.

Lire la suite… »

Publié dans CRISE, NATIONAL | 4 Commentaires »

Groupe élus communistes de Maubeuge, conférence de presse du 17 septembre 2008

Posté par pcfmaubeuge le 17 septembre 2008

Nous avons prévu d’aborder deux sujets aujourd’hui, d’une part MCA et les questions posées à l’action économique dans la Sambre, d’autre part quelques aspects des actions suite à la tornade.

Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions. De façon préliminaire, je vais exposer les points principaux de notre communication.

1) MCA

Nous exprimons notre vive condamnation des pratiques patronales des grands groupes industriels qui montent des dossiers pour obtenir toutes les subventions possibles, alors que leurs profits leur permettent d’auto-financer leurs investissements. Concernant MCA, un chantage a eu lieu vis à vis de l’agglomération en 2007, en menaçant de choisir un autre site de production de la KANGOO 2 en Turquie.

Lire la suite… »

Publié dans ENTREPRISES, LOCALE | Pas de Commentaires »

1...2526272829
 

Les Enragés d'Aurillac |
LES MESSAGERS DU RDR |
LIVRY SUR SEINE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog des idées non-reçue...
| MoDem de l'Ariège
| Bernard Ramond - Pour que v...